Déménagement en cours


Nous transférons les données vers une nouvelle plateforme bien plus cool. En attendant, le site est en mode "archives", il n'est plus possible de vous connecter.


Vous pouvez nous rejoindre en attendant sur la page Facebook pour suivre l'actu Nintendo !


Merci beaucoup pour votre soutien et votre patiente :-)

Blog de vaval - Le jargon du cinéma #2 : le processus créatif d'un film

LE JARGON DU CINEMA #2


LA CREATION D’UN FILM – PARTIE 1



Un film. Expression de la vie quotidienne, le film était, avant le passage au tout numérique, qualifié par du bruit et des images qui proviennent d’une bobine en 24 images secondes. Or, aujourd’hui, le film, c’est du bruit et des images qui proviennent d’un ordinateur et qui nous sortent en 3D relief et en Haute Définition (dont son abréviation est XD). Non, jugé un film de cette manière N’EST PAS TOLERABLE !!!
*Ahem* Bref. (programme sur Canal+ le soir sur le Grand Journal… pub là non ?). Bon. Tout le monde sait ce qu’est un film ? Oh. Qu’est-ce que j’ai dit ? Non non non je vous prends pas pour des *bip* mais je cite : « Il ne faut jamais traiter les spectateurs pour des c*ns sans jamais oublier qu’ils le sont ». Ah. Cette phrase est de moi ? *Ahem* Bon d’accord je creuse >_>
Et bien, puisque tout le monde c’est ce qu’est un film, je vais aborder un sujet très centré sur… le film ! (Waouh) et notamment sur la question de comment on le créer ?! Bon, je dis tout de suite, je ne sais absolument pas comment les productions et les éditions fonctionnent, et, le cinéma est un art qui diffère selon les pays, les façons de faire, les productions, les budgets,… Alors, je vais vous conter ici ce que serait (utilisation de conditionnel oblige) le processus créatif d’un film, c'est-à-dire, son évolution dans le temps. Du scénario au montage, du casting à la sortie du film, abordons ensemble l’histoire d’un film, généralement celui d’un(e) réalisateur(-trice) et celui d’un spectateur.

Tout d’abord, il faut savoir que le film n’est jamais créé à partir de rien et se découpe en 3 grandes parties dans la réalisation, mais, il s’agit de bien plus en règle générale si l’on n’oublie aucun métier. Les 3 parties sont :
I] la création scénaristique / le casting / le rapprochement vers la production / le découpage technique
II] le tournage
III] Le montage et la sortie (cinéma ou direct to DVD) / édition et traduction si l’on va vers d’autres contrées.

Ainsi, on ne peut former un film si une étape n’existe pas ou a été sauté. Mais pourtant, cela n’empêche que l’on voit quand même de vieux navets ou des blockbusters à de balles. Je ne dirais pas que les films de Roland Emmerich (2012) ou de Michel Bay (Transformers 3) sont de gros blockbusters parfois assez moyens mais ce sont des blockbusters assez moyens quand même. J’le dis quitte à m’attraper des ennuis :p

Soit. Abordons alors le concret de la chose et évitons enfin de tourner autour du pot, sinon, comme une émission de télé qui dure longtemps le soir, je vais perdre de l’audimat si je ne passionne guère la foule (non je ne critique pas TF1 en particulier).
Dans la création d’un film, ce n’est pas toujours le réalisateur qui donne ses idées. Du moins, pas pour des films vraiment chercher, j’attends par cela, un film où le réalisateur a suivi le processus scénaristique voir même y a contribuer. Cependant, Steven Spielberg ou Clint Eastwood n’écrivent jamais les scénarios mais cela n’empêche qu’ils font du bon boulot !
Généralement, dans les films américains, notamment les productions hollywoodiennes, le réalisateur ne fait jamais scénariste et producteur. Du moins c’est très rare. Sauf si l’on s’appelle James Cameron (Titanic) ou David Fincher (Fight Club). C’est en effet les productions http://www.next-nintendo.com/images/boite/textes/italique.pngqui ont instauré cette règle. Pour les films à gros budgets, comme le prochain Spiderman, c’est la production SONY qui a choisit parmi plusieurs réalisateurs alors que le scénario était déjà écrit plus ou moins. Le plus impressionnant est que c’est un petit jeune assez peu connu (un certain Marc Webb connu pour sa comédie romantique ) qui a remporté la possibilité de tourner le film alors qu’il était face à Cameron et à Fincher justement !

Mais, lorsque ce ne sont pas les boites de production qui découvre une nouvelle tête, c’est par une guerre de note d’intention que les réalisateurs(-trices) essaient de convaincre les producteurs. La note d’intention simplement, c’est présenté le sujet du projet (aussi bien de court que de long métrage), d’en décrire l’enjeu (le questionnement principal que le film essayera de répondre), de présenter ses références culturelles et artistiques (littératures, films,… jeux vidéos peut-être ?) et c’est expliqué la durée potentielle du film, son titre, son genre ou ambiance, ses personnages principaux, un résumé du scénario (assez vague) et pour finir, ses partis prix de réalisation. Pour le titre, le genre et même la tranche d’âge pouvant intéresser le plus, c’est important pour voir le point de vue du réalisateur face au potentiel spectateur et c’est un moyen pour lui de valoriser son film, son point de vue, ses idées. Quant aux partis prix de réalisation, ce sont en faite 6 choses qui le réalisateur choisit (ou non) d’utiliser pour rendre son film meilleur. Ses six partis prix sont : l’image (= la qualité du plan et des décors), le son (= qualité sonore et musicale), montage, temps (chronologie ou non-chronologie,…), espace (gérer la profondeur, atout pour la 3D) et lumière (naturelle, modifiée, aveuglante,…). [je vous en parlerai d’avantage lors du prochain Jargon du Cinéma].
Ce sont ces notes d’intention qui en général font pencher le cœur d’un(e) producteur(-trice) pour un film. En gros, c’est bien pour le réalisateur pour pouvoir avoir des sous. Et c’est aussi comme ça que certains on le droit à réaliser Spiderman et pis pas d’autre, NAH ! :arf :

Après, le travail scénaristique m’apparait un peu inconnu pour vous l’expliquer concrètement (j’suis –hélas- point du métier…). Après la note d’intention, s’il n’y a pas déjà de scénario, et bien on va le diriger. D’ailleurs, ne vous est-il pas déjà arrivé de voir dans les films américains dans le générique de début ceci : A FILM BY … puis à la fin du générique de début ceci : DIRECTED BY … ? Traduit ça donne : UN FILM DE… et RÉALISÉ PAR … Or, normalement, il y aurait toujours le même prénom puisque celui à qui appartient le film est celui qui réalise. Non ? Et bien, regardez certains films comme les Gremlins et vous verrez en « DIRECTED BY » s’afficher le nom de Steven Spielberg alors que le réalisateur est bel et bien Chris Colombus (Harry Potter 1 & 2). Pourquoi ? Parce que l’idée de départ, la note d’intention, le squelette de l’histoire, c’est Spielberg qui l’a écrit mais c’est un autre réalisateur qui est passé derrière la caméra pour le film.
Mais revenons à nos petits moutons (béééé… c'est inutile je sais...). Partons du principe que c’est le réalisateur qui a fait sa petite note d’intention et qui a créer l’histoire du film et qu’il n’y avait pas de scénario avant. Et bien, ce scénario ne va pas arriver seul d’un coup venu du ciel. Il y a quelques étapes : le squelette qui détermine les moments importants pour les personnages et pour l’histoire, puis, il y a le séquencer. Si le squelette ne révèle qu’une histoire en version extra-légère (sans matière grasse), le séquencer est plus proche de l’écriture scénaristique. Concrètement, il pose le nombre de séquence, ce qui s’y passe de façon peu détaillé. Mais, celui-ci est plus précisé puisque l’on connait mieux l’histoire et les personnages qui y interviennent, le tout, en se rapprochant du style scénaristique (si je me répète, c’est pour que ça rentre mieux :p). Après, bien sûr il y a le scénario, mais, si vous voulez en savoir plus, je vous inviter à vous redirigez vers le Jargon du Cinéma #1 (!!! ADRESSE WEB !!!).

Mais la confection du film ne s’arrête pas au scénario et hop le casting et hop on tourne ! Et non, puisque bien de choses sont encore là. Il y a le son, il y a le découpage technique, les repères pour tourner, le casting et les sous (et donc, le matériel). Tout un programme : on n’est pas couché (sans m’en rendre compte je viens de faire deux pubs en une phrase, deux programmes télé en une phrase. Qui dit mieux ?).
Pour ce qui est du son, sachez que l’équipe du son (le créateur des bruitages, l’auteur-compositeur parfois, les perchistes, le monteur, le réalisateur) accompagne le film pour savoir quelle genre de musique on utilise au montage, quel bruitage on veut mettre et/ou les accentuer comme le ferrai un Jacques Tati (réalisateur français des années 1950-60-70). On voit aussi s’il y a du son qui apparait dans le film (une radio, une télé,…). Mais, cela apparait après le découpage technique comme pour les repérages initiés par le chef décorateur, très souvent accompagné du réalisateur voir même des acteurs comme les films de Terrence Malick (love et ça c'est pas inutile love) et parfois aussi le directeur artistique. Le repérage c’est……. repérer les environnements qui ont rapport avec les décors imaginés pour le film ! Mais bien sûr, il nous faut le découpage technique.

Honnêtement qu’est-ce que le découpage technique ? C’est tout simplement (?) le boulot du réalisateur. Et oui, il bosse lui aussi (plus que le producteur qui gagne pourtant plus de bénéfices). Et oui, jusqu’à là, il coordonne plus qu’il ne fait quelque chose. Après l’ossature et avant le travaille sonore, le casting et le repérage ; le réalisateur trouve les moyens, les sous-sous en faisant les yeux doux aux producteurs. Une fois les moyens en poches, le réalisateur s’attarde au découpage technique. Expliquer rapidement : il prend un scénario, il le lit (si ce n’est pas déjà fait) et le découpe en plan. Chaque plans se raccorde généralement entre eux, explique quelque chose. Mais chaque plan a également une échelle (gros plan, plan d’ensemble,…), un mouvement (panoramique, traveling voir fixe) mais également une lumière, des couleurs et des décors, des costumes, une mise en scène (s’il y a des acteurs) particuliers. Il fixe la durée du plan et travaille également le son (qu’il travaille avec l’équipe chargée du son). Cela donne une durée de film, ce qui s’y passe plan par plan et, aussi le nombre de scènes par séquence et par tant, le nombre total.

Vous croyez que c’est fini ? Détrompez-vous, puisqu’il y a deux autres choses à faire : le story board qui consiste à dessiner plan par plan le film (comprendre en image parce que lire des pavés c’est chiant) et ensuite le casting. Concernant le casting, cela change très souvent mais en tout cas, il y a minimum un casting pour acteurs organisé par le/la directeur(-trice) de casting. Pour des films plus exigeants, il y a un casting avec le réalisateur (il y a de [très] grandes chances) et pour certains films comme Skyfall –le dernier James Bond- il y a même un casting avec l’acteur principal Daniel Craig. Mais, il y a des castings avec les acteurs principaux face au réalisateur bien entendu. Sauf s’il y a qu’un rôle… Au moins là c’est pas compliqué. Ensuite, il y a –durant le tournage- si besoin est, des castings de figurants.

Voilà enfin fini le bout de la fin, merci d’avoir tout lu (pour celles et ceux qui ont eu le courage, triforce verte) et si vous avez des questions n’hésitez pas par MP, ou ici même sur l’article.
Quoi ? Je n’ai pas fait les parties II (tournage) et III (montage, édition, sortie) ? Ne vous en faites pas (???), je les ai aucunement oubliées, mais elles arriveront d’ici peu. Sinon c’est roman fleuve et non plus un blog :D
En attendant je vous souhaite une bonne journée et surtout de bons films car l’ « art, c’est ce qui rend l’art plus fort que l’art »  gni
Les commentaires
AuteurMessage
The-best
Membre
Avatar de The-bestEnvoyer un message à The-bestFiche et codes amis de The-bestRang de The-best
Le lundi 9 juillet 2012 à 13h25

Ah, enfin x) !
C'est intéressant, j'ai appris pas mal de truc.
Je sais pas quoi dire d'autre...
J'attends la suite. :)

vaval
Héros
Avatar de vavalEnvoyer un message à vavalFiche et codes amis de vavalRang de vaval
Le lundi 9 juillet 2012 à 14h10

Encore faut il que je la fasse la suite ^^
Mais bon j'avoue beaucoup moins bien connaitre les deux autres parties.
J'ajoute au passage, que ce genre de chose n'est valable que pour les films et pas pour les téléfilms/séries.

The-best
Membre
Avatar de The-bestEnvoyer un message à The-bestFiche et codes amis de The-bestRang de The-best
Le mardi 10 juillet 2012 à 20h18

Tu ne comptes pas faire la suite?

Ah. x3

vaval
Héros
Avatar de vavalEnvoyer un message à vavalFiche et codes amis de vavalRang de vaval
Le mardi 10 juillet 2012 à 21h15

Si au contraire mais elle est seulement entammer et j'ai la flemme et le manque de temps.

...Si seulement je connaissait l'adresse d'Hiro Nakamura ...

The-best
Membre
Avatar de The-bestEnvoyer un message à The-bestFiche et codes amis de The-bestRang de The-best
Le mercredi 11 juillet 2012 à 08h41

Ah, d'accord :3

*connaissais.
Faut pas rêver cher Vaval X·)

Poster un commentaire

S'inscrireMot de passe oublié

Les chroniques de Vavaluciné

vaval
Héros
Avatar de vavalEnvoyer un message à vavalVoir la fiche et les codes amis de vavalRang de vaval
Menu
Voilà, autant commencer : je suis un fan d'audiovisuel et de Nintendo !
Ainsi le blog parlera d'audiovisuel (majoritairement) à travers différentes rubriques mais aussi, forcément, de Nintendo.

Aller viens, on est bien bien bien !

Bonne visite à toutes et à tous

N'hésitez pas à aller visitez Ma chaîne Youtube !