Test de Xenoblade Chronicles sur Nintendo Wii

Cela faisait tellement longtemps qu'on l'attendait, et le voilà. Xenoblade Chronicles débarque en Europe, battant au passage quelques records de ventes et décrochant plus d'une note au-dessus de 15 chez la plupart de nos confrères. Il va sans dire que le jeu est exceptionnel, même s'il n'est pas exempt de défauts. Le verdict tombe sur l'un des rpg les plus encensés de cette génération.

Super geek à la rescousse

Xenoblade Chronicles - Nintendo WiiLe monde de Xenoblade Chronicles repose littéralement sur deux géants. Quand je dis littéralement, cela sous-entend que les décors du jeu tiennent uniquement sur le corps de ces deux colosses, figés pour l'éternité lors d'un terrible combat qui les opposait tous les deux. Sur le premier vivent les humains, répartis en colonies, et les créatures organiques au sens général, et sur le second vivent les robots (les mékons), qui ont la fâcheuse manie de venir chasser les humains pour les convertir en énergie (et oui, apparemment un humain c'est la base du régime alimentaire des robots). Il y a donc constamment des rixes entre humains et robots, mais si ces derniers ont l'avantage d'être faits de métal, les humains, eux, peuvent compter sur l'épée Monado pour les sauver.

La grande force de ce scénario, c'est d'avoir un univers vraiment original et riche en bonnes idées. Outre le monde des deux géants, cette guerre entre humains et robots qui permet d'identifier dés le début qui sont les méchants, ce sont de tout petits détails qui rendre l'histoire prenante. Par exemple le héros (Shulk), celui qui sera le seul à tenir l'épée Monado sans qu'elle lui pompe son énergie vitale, passe le plus clair de son temps à étudier l'épée en question. Comprenez par là qu'il n'est pas spécialement montré comme un « élu » (du moins pas dés le début), mais comme une sorte de super geek qui réussi à maitriser l'épée de légende uniquement parce qu'il en a étudié le fonctionnement. La classe quand même, non ?

Cette originalité est cependant (comme souvent dans les rpg japonais), plombé par une mise en scène plus que classique. Certains dialogues s'éternisent alors que l'on devine déjà ce que les héros ont à dire. Le pire, c'est ce flot incessant de bons sentiments. Il n'y a pas le choix dans Xenoblade Chronicles : soit on est un gentils héros prêt à tout pour ses amis, soit on est un méchant pas beau qui fera tout pour contre-carrer les plans des gentils, c'est du moins ce qui ressort après avoir fini le jeu. Cela n'empêche pas le scenario d'avoir de bons rebondissement et des scènes d'anthologie. Les nombreuses scènes d'actions sont d'ailleurs très efficaces, et les émotifs risquent de pleurer à certains passages vraiment poignants (les autres pleureront aussi, mais ils ne s'en vanteront pas).

Le seul regret : un classicisme sans borne, qui aligne les clichés des rpg sans se poser de questions. D'un autre coté ce défaut n'en est pas vraiment un pour les fans du genre, et sur le nombre impressionnant de cinématiques, il faut bien avouer que peu d'entre elles sont réellement à jeter.

La grande évasion

Xenoblade Chronicles - Nintendo WiiLa première chose qui saute aux yeux lorsqu'on commence à jouer à Xenoblade Chronicles, c'est la grandeur de ses décors. Je ne pense pas trop m'avancer en disant que les environnements du jeu sont parmi les plus vastes jamais conçus dans un rpg, les plus vastes mais aussi les plus variés. La Wii donne tout ce qu'elle à, cela étonne vraiment, malgré l'immensité des étendues il n'y a jamais de temps de chargement à l'intérieur d'une zone (on peut traverser une plaine gigantesque et rentrer dans un grotte juste après sans transition par exemple). Contrairement à la majorité des rpg de cette génération (Final Fantasy XIII en tête) qui nous propose de beau paysages mais qui se contentent de nous faire avancer sur une petite ligne droite délimitée par des murs invisibles, Xenoblade Chronicles nous permet de parcourir de fond en comble toute la map, sans jamais nous bloquer.

Malgré cette folie des grandeurs, les décors sont remplis de détails, et c'est ce qui impressionne le plus. Chaque zone possède sont propre charme, son level-design unique. L'herbe est bien touffue, le jour et la nuit s'alternent sans problème, les monstres foisonnent et gambadent de partout sans provoquer de ralentissement, bref, c'est vraiment un plaisir que de se balader dans ce jeu. Le réalisme est frappant, par exemple lorsque la pluie tombe, si vous vous mettez sous une arche de pierre, vous la verrez tomber à l'extérieur mais jamais sous votre abri, preuve que les développeurs ont vraiment pensé au moindre petit détail.

Simulation de randonnée

Xenoblade Chronicles - Nintendo WiiVous allez me dire, si les décors du jeu sont grands c'est bien, mais ça doit être sacrément lourd de se taper des kilomètres de marche à pied à chaque fois qu'on veut revisiter une ville, et c'est tout à fait normal.

Les développeurs aussi on pensé à ça, et ils ont ajouté une option « téléportation » assez pratique. Lorsque vous vous déplacez sur la map, vous trouverez en effet des checkpoints qui serviront à revenir instantanément dans n'importe quel coin de la région où vous vous trouvez, voire même sur n'importe quel point d'une map déjà visité. Vous êtes en plein donjon et le boss en face de vous est bien trop puissant ? Pas de soucis, vous pouvez toujours vous téléporter dans la ville précédente pour acheter de nouvelles armures, où aller xper sur vos monstres préférés, rien qu'en parcourant les menus. Dans le même registre, il est possible de choisir l'heure dans le jeu, si vous avez besoin qu'il fasse nuit noire ou, au contraire, que le Soleil brille haut dans le ciel. L'heure a une importance capitale sur la faune locale, généralement des monstres plus puissants que d'habitude font leur apparition dès la nuit tombée.

World of Xeno

Xenoblade Chronicles - Nintendo WiiOn en vient au système de combat, et là on se dit quand même que Xenoblade Chronicles est vraiment fait comme un mmorpg. Vous vous déplacez avec votre équipe de héros, les ennemis peuvent vous voir, parfois vous courir après (bien que la fuite reste très facile dans ce jeu contrairement à d'autres), et dès que vous êtes à proximité, il suffit de viser un monstre et d'engager le combat pour commencer les hostilités. Ce système, couplé au fait que les décors sont immenses et non-linéaire, donne l'impression d'être dans World of Warcraft ou tout autre aventure en 3D du même acabit. Un mmorpg qui n'en est pas un, puisqu'il se joue solo, et offline.

Concernant le système de combat en lui-même, on retrouve la même ambiance que dans un mmo. Lorsque le combat est engagé avec un monstre, vos alliés iront se jeter dans la bataille, et votre personnage se mettra à l'attaquer automatiquement s'il est au corps à corps. Une barre de sorts s'affiche alors en bas de votre écran, qui représente toutes les techniques spéciales de votre personnage principal. Ces techniques peuvent être montées de niveau, et au fil du temps vous en aurez tellement qu'il faudra choisir lesquelles vous équiperez en combat. Evidemment chaque personnage possède ses propres techniques, et comme vous ne pouvez avoir que 3 héros en combat, il faudra composer une équipe bien équilibrée.

J'en profite d'ailleurs pour parler d'une des grandes originalité de Xenoblade Chronicles : la technique ultime. Au centre de la barre de sort, il y a une attaque en particulier qui ne bouge jamais, et qui représente la technique ultime de chacun de vos héros. Cette technique ultime est surprenante par le fait qu'elle ne se déclenche absolument pas de la même façon pour tout le monde. Pour le héros, il s'agit par exemple d'une barre d'énergie qui se remplit et qui permet d'utiliser plusieurs techniques secrète avec l'épée Monado, mais pour une autre la barre sert juste à montrer la jauge de surchauffe du fusil qu'elle tient en main (une fois la jauge remplit, le fusil est inutilisable et il faut le recharger), tandis que la magicienne du groupe doit utiliser cette technique qui lui permet de « lancer » sur l'ennemi les sorts de protection qu'elle invoque autour d'elle pour faire monter sa jauge, et ainsi passer en mode transe. Une telle diversité de gameplay permet au joueur de choisir exactement ce qu'il lui plaît en terme de stratégie, cassant ainsi la monotonie qui pourrait s'installer.

Gemme, gemme pas

Xenoblade Chronicles - Nintendo WiiL'équipement joue aussi un rôle important dans Xenoblade Chronicles, même s'il est moins plaisant qu'il n'y paraît. Il y a tout d'abord les pièces d'armures, qui ne font que renforcer votre défense et parfois votre agilité, et les armes qui agissent sur l'attaque, mais choisir son équipement ne se limite pas à cela. Certaines armes et certaines armures ont en effet des slots, qui servent à y placer des gemmes, des petits cristaux qui peuvent avoir toutes sortes d'effets. On fabrique les gemmes grâce à des cristaux qu'on trouve en parcourant le monde, ou sur des ennemis. Il suffit d'aller au fourneau de la colonie 9 (la ville de départ) pour lancer le processus de création des gemmes. Ce dernier est très complexe, et il nécessite et met en scène deux héros de votre équipe. Ce sont les aptitudes des personnages et leur niveau de relation entre eux (nous en reparleront plus tard) qui détermineront la qualité de la gemme en question. Ces dernières peuvent vous donner des bonus de stats, des protections contre les ennemis volants, vous faire marcher plus vite hors combats... bref ! C'est de loin l'élément le plus important du jeu si vous voulez renforcer votre équipe comme il faut.

En plus des équipements, vos personnages possèdent des arts et des compétences. Les arts, ce sont les techniques spéciales utilisables en combat, que vous pouvez faire monter de niveau grâce aux PA (points d'arts) que vous gagnez en combat. Si vous voulez les monter au niveau ultime, il faudra beaucoup de PA, mais aussi beaucoup d'argent, puisqu'il faut acheter les derniers paliers à prix d'or. Ce système est donc peu stratégique, hormis le fait que vous devrez bien choisir quel sort monter en premier, sous peine de manquer de PA et d'argent.

Les compétences, quant à elles, s'acquièrent automatiquement en combattant, grâce aux PC (points compétences) que vous obtenez à la fin des combats. Elles sont classés en trois branches par perso, qui symbolisent trois traits de caractères propre à ce dernier. Par exemple le héros peut être « Altruiste » (sa force magique est plus forte), « loyal » (sa garde est plus forte), ou « intuitif » (augmente l'agilité). Chaque arbre possède ses capacités, qui sont en fait des compétences passives, du style « augmenter l'exp gagnée par les quêtes » ou encore « permet d'équiper des armures lourdes ». Là où ça devient plus compliqué, c'est que vous pouvez partager ses compétences acquises avec les autres personnages de l'équipe, pour profiter d'encore plus de bonus.

Le tout nous donne un système de combat très développé en apparence, mais nous verront qu'en pratique il suffit juste de gagner des points d'exp et de monter ses persos de niveaux pour passer un ennemi un peu trop grande gueule. Qu'à cela ne tienne, les perfectionnistes auront de quoi peaufiner leur équipe, lorsque les bourrins pourront se contenter de farmer les ennemis pour devenir plus forts, et c'est peut-être pas si mal d'avoir essayer de plaire à tout le monde.

La madame Irma des rpg

Xenoblade Chronicles - Nintendo WiiUn autre point très original du soft : la prémonition. L'épée Monado est en effet connue pour donner à son porteur des visions de l'avenir proche. Dans les cinématiques on assiste souvent à ce genre de scènes : Shulk voit un de ses amis mourir, il essaye de changer le futur coûte que coûte, et parvient finalement à empêcher l'inévitable. Cela ne s'arrête pas au scénario, en plein combat vous avez régulièrement des scènes du « futur », lorsqu'un de vos alliés ou vous-même êtes sur le point de mourir. Vous voyez quel ennemis va vous envoyer une attaque, et vous pouvez le contrer en invoquant une magie de protection, de soin, ou en « prévenant » quelqu'un de votre groupe, à qui vous pourrez demander exceptionnellement de lancer un sort. Ce système paraît gadget au début, mais dès que l'on comprend comment il fonctionne, il devient redoutable. Les visions apparaissent aussi lorsque vous ramassez un objet de quête mais que vous n'avez pas encore débuter la quête en question. Une option très pratique pour vous éviter de vendre un objet utile par la suite.

Les à-cotés

Xenoblade Chronicles - Nintendo WiiOn en vient à un point vraiment très important de Xenoblade Chronicles : ses quêtes annexes. Là encore, tout comme dans les mmorpg, ces dernières sont omniprésentes. Dés le début vous êtes submergés de dizaines de petites missions à remplir. La plupart sont données par les nombreux pnjs du soft, mais certaines sont cachées, il suffit de « tomber dessus » pour les déclencher. De part leur nombre impressionnant, elles sont malheureusement rébarbative. On va vous demander à chaque fois de tuer x monstres, ou de collecter x objets, et rarement de faire autre chose. En vérité cela donne juste une bonne excuses pour trainer, pour parcourir le monde et xper un peu sur les monstres, en se disant qu'on ne fait pas ça pour rien, puisqu'en même temps on accomplie des quêtes. D'ailleurs les quêtes sont la seule source de revenus potable, et comme l'argent est une denrée rare, vous finirez par sauter sur tous les pnjs à la recherche de n'importe quel boulot, même le plus dégradant. Il faut bien vivre après tout !

A coté des quêtes, vous vous rendrez compte que la plupart des villageois que vous rencontrez seront inscrits sur un tableau des relations, vous obligeant ainsi à parler avec tout le monde. A ce propos, encore un petit détails qui tue : les pnjs ont tous deux types de phrases à raconter chacun, et change aussi de discours et de place suivant l'heure de la journée.

Les héros du jeu seront aussi reliés entre eux par des relations. C'est sûrement le point le plus rébarbatif du jeu, puisque les relations évoluent très lentement. Ces relations servent à être plus performants en combat et dans la création des gemmes. De plus, il y en tous un tas de points de rencontre dans les différents décors du jeu, qui donnent accès à de petits saynètes entre les membres de l'équipe, un peu dans le style des jeux de drague. Ces points sont extrêmement nombreux et très intéressants, mais il faudra que vos persos aient un niveau suffisant de relation entre eux pour les débloquer, du coup cela donne une grosse quête annexe en plus, plutôt prenante.

L'esprit d'équipe

Xenoblade Chronicles - Nintendo WiiIl faut cependant relativiser cette impression de liberté qu'on a lorsqu'on commence le jeu. Certes le jeu nous permet d'aller n'importe où sur la carte, et de revenir à tout moment dans des lieux visités auparavant pour monter ses persos ou faire des quêtes, mais c'est plutôt du coté de la composition de l'équipe que le bât blesse.

Pour bien vous en sortir dans Xenoblade Chronicles, il faut avoir une équipe bien équilibrée, il est obligatoire de prendre le héros, car déjà sans l'épée Monado la plupart des boss (les Mekons surtout, ces fameux robots envahisseurs) sont trop résistants. Tout comme dans tout mmorpg qui se respecte, Shulk et son épée légendaire font en effet office de debuffeur. C'est le seul qui puisse vraiment contrer les armures des boss du jeu, et avoir des visions de l'avenir, donc on le prend dans l'équipe.

Pour bien faire, il vous faut aussi quelqu'un qui soigne, sinon vous n'irez pas loin. Le problème, c'est qu'en soin il n'y a qu'un seul perso qui se défende bien, du coup vous aurez tendance à la prendre elle et personne d'autre.

Et enfin le troisième perso de votre équipe. Comme vous avez déjà un debuffeur (au passage c'est la première fois dans un rpg que je vois un héros de type debuffeur) et une soigneuse, vous vous doutez bien que ces deux gaillards ne feront pas le poids contre l'ennemi, il vous faut donc un bon gros tank, un sac à pvs qui encaissent les coups à la place des autres. A ce rôle, il y a au moins deux personnes qui font l'affaire, ce qui reste assez peu. Ce que je trouve dommage, c'est qu'une fois ces trois personnages « obligatoire » mis dans l'équipe, vous ne pouvez pas mettre un 4ème compagnon, un mage ou un empoisonneur par exemple, qui aurait mis un peu de relief à vos stratégies. C'est comme si le jeu vous imposez une équipe parfaite au détriment des autres héros.

Après réflexion, on peut néanmoins faire quelque chose contre ça. Shulk, en plus de debuffeur, pourrait en effet devenir tank si on le monte bien et qu'on l'équipe d'armures lourdes, ce qui libère une place, vous aurez alors un debuffeur-tank + une soigneuse + un perso au choix. Les développeurs ont sûrement pensé que la meilleure solution dans ce cas là était de laisser au joueur le soin de choisir le personnage principal comme il veut, avec pour alliés non-contrôlables le porteur de Monado et la soigneuse. Les stratégies sont tout de même restreinte, et on se demande si composer une équipe de 4 héros au lieu de 3 n'aurait pas était plus fun à jouer.

Entre nouveauté et nostalgie

Xenoblade Chronicles - Nintendo WiiEn jouant à Xenoblade Chronicles, je n'ai pas pu m'empêcher de voir en lui un jeu parfait. Certes la perfection n'existe pas, mais les défauts du jeu, même les plus lourds, ont tendance à s'effacer au profit de l'émerveillement. Surtout si vous êtes fans de rpg classique. Se balader dans l'herbe des plaines de Gaur, c'est un peu comme parcourir les prairie de Secret of Mana (l'entrée de la jungle réserve une surprise à ceux qui connaissent ce dernier d'ailleurs), et les clins d'oeil en général sont assez nombreux, notamment à Xenosaga et Baten Kaitos. Tout semble être fait pour séduire les nostalgiques de ce temps perdu, où les jeux en 3D se comptait sur les doigts d'une main, et où les rpg japonais faisaient encore rêver. Il faut dire que le passage aux consoles HD ne leur a pas été des plus favorable, et que le genre bat de l'aile ces derniers temps.

Petit bémol : malgré un tutoriel franchement bien écrit (les gens se parlent dans le tuto, c'est un truc à voir absolument si vous avez le jeu), les menus du jeu souffre à la fois de latence lorsqu'on les ouvre, et d'un manque d'ergonomie flagrant. Dans un rpg, cela fait tâche...
Ceci étant dit, Xenoblade Chronicles possède ses défauts, mais les développeurs ont su créer un monde unique, un mix réussi entre idées novatrices et nostalgie, et rien que pour ça, le jeu mérite qu'on achète la console pour lui.

Yah le 3/9/2011

Evaluation du jeu

Graphismes18/20

Les décors sont réellement impressionnant sur le plan technique, de même pour les cinématiques et leur mise en scène. Sur un plan purement artistique, le jeu souffre d'un chara-design assez étrange, qui pourrait rebuter les fans de design manga notamment. On appréciera aussi le fait que les équipements portés par les héros changent leurs apparences, même durant les scènes. Cela peut être super classe, ou pas. Imaginez par exemple votre héros en maillot de bain en train de se battre contre son pire ennemi...

Son20/20

Rarement la bande-son d'un jeu n'aura été aussi parfaite. Un nombre impressionnant de musiques, et la plupart sont de véritable tueries dans leur genre. Il fallait pas moins de deux compositeurs de renom (Yasunori Mitsuda et Yoko Shimomura) pour arriver à un tel résultat.

Durée de vie19/20

Xenoblade vous emmène dans une aventure palpitante, qu'il vaudrait mieux ne pas parcourir trop vite. Les boss montent en effet vite en puissance, ce qui pousse le joueur à explorer le vaste monde pour y accomplir les centaines de missions annexes du jeu. Si cela ne vous suffit pas, un mode new game + se débloque après avoir finit le jeu, et vous donne accès à de nombreux bonus en début de partie, dont la possibilité de recommencer avec votre ancienne équipe et une épée Monado inédite.

Jouabilité17/20

Niveau gameplay, la customisation des gemmes apporte un semblant de liberté, de même que le nombre impressionnant d'équipements. Le seul petit problème de ce système, c'est que votre équipe devra être composée de certains types de héros en particulier pour pouvoir battre les boss du jeu. D'un autre coté ce n'est pas plus mal, cela vous force à réfléchir à la meilleure tactique à employer. D'un point de vue global, les combats restent plaisants à jouer et ressemble un peu à un Final Fantasy XII, le système de visions en plus.

Scénario16/20

Ne vous y méprenez pas, 16 est une bonne note même si c'est la moins bonne de ce test. Le scenario est plaisant, réserve de bonnes surprises et des moments de vive émotion, mais certains passages sont tout de même assez convenus, voire ennuyeux. On n'échappe vraiment pas aux clichés des rpg.

Verdict

+ Bon gameplay...
+ Bonne musique...
+ ... achetez-le !

- Interface un peu
lourde
- On n'échappe pas
aux clichés

Excellent

18/20

Indice Qualité Next NintendoPour le plaisir de ses membres et visiteurs, les articles de Next Nintendo sont soumis à une norme de qualité. Cette norme contient divers points clefs essentiels pour garantir un contenu de qualité, et qui permettront d'établir une relation de confiance entre nous.
En savoir plus

Xenoblade Chronicles

En images

Xenoblade Chronicles - Nintendo WiiXenoblade Chronicles - Nintendo WiiXenoblade Chronicles - Nintendo WiiXenoblade Chronicles - Nintendo WiiXenoblade Chronicles - Nintendo WiiXenoblade Chronicles - Nintendo WiiXenoblade Chronicles - Nintendo WiiXenoblade Chronicles - Nintendo WiiXenoblade Chronicles - Nintendo WiiXenoblade Chronicles - Nintendo Wii