Rencontre avec Shigeru Miyamoto

Ce n'est pas tous les jours que Shigeru Miyamoto s'offre un séjour à Paris. Légende vivante du jeu vidéo, il exerce ses talents depuis plus de 30 ans chez Nintendo. Nous lui devons une bonne partie des plus grands jeux vidéos de tous les temps (Donkey Kong, Mario, Zelda...).

Cette petite visite en France n'a rien d'innocente, et même si Miyamoto san a évidemment pris le temps de se balader dans la capitale, il aurait été dommage de ne pas en profiter pour rencontrer la presse et discuter un peu de ce qui se passe chez Nintendo ces derniers mois. C'est dans cette perspective qu'une 20aine de journalistes ont été conviés en secret dans un grand hôtel parisien.

Cet article prend la forme d'un carnet de voyage et vous propose de découvrir l'évènement de manière originale et en totale immersion. Ceci dit, nous avons conscience que cette formule ne plaira pas à tout le monde, aussi et si c'est uniquement le contenu de la conférence qui vous intéresse, reportez vous directement au paragraphe "Le plat de Résistance". Sur ce, nous vous souhaitons une bonne lecture.

En route pour l'aventure...

Rencontre avec Shigeru MiyamotoJ'arrive à la gare à 5h du matin, armé de mon matériel habituel d'aventurier solitaire pour le coup également journaliste spé. Je me saisi de mes billets (hors de prix) et monte dans le train.
La conférence débutera a 11h et durera une heure. N'habitant pas la capitale, il me faudra subir pas moins de 8h de trajet aller-retour mais j'ai connu pire et mes bouquins dans la langue de Pouchkine me feront oublier l'ennui.

J'arrive à à la gare de Bercy alors qu'Alice est encore aux proies avec la Reine de Coeur. Je referme l'ouvrage et revient à la réalité, descend sur le quai et suis le troupeau de gens. La masse grouille jusqu'au métro dans lequel elle s'enfonce en profondeur avant de rejoindre individuellement des "galeries". Achat de tickets, je passe après un jeune cadre en costume mais avant une famille de touristes anglais à l'accent prononcé. Oui, je suis bien à Paris, aucun doute.

Une correspondance plus tard, je déboule devant le célèbre Jardin des Tuileries, (qui manque singulièrement de classe et surtout de "vert" pour un jardin. Moscou fait mieux. Mais j'imagine que c'est mon côté auvergnat russophile qui parle donc nous ne nous étendrons pas plus loin afin de calmer les passions.

Je traverse avec prudence une armada de touristes étrangers et atteint une boutique de souvenirs où une femme charmante m'aide à trouver le lieu de ma destination qui n'était qu'à cinquante mètres de là.

Je suis en face de l'établissement. J'avais déjà vu à quoi il ressemblait sur leur site internet mais c'est clairement mieux en vrai. Je demande l'autorisation aux vigiles et prends quelques clichés du monument : un hôtel cinq étoiles à 1500 euro la nuit par personne. Peu de chance de croiser Miyamoto dans une auberge de jeunesse donc.

N'ayant rien d'un homme pouvant s'offrir un tel luxe, je n'essaye même pas d'entrer et je vais directement m'adresser à une des vigiles (le genre de femme à la fois belle, classe et légèrement masculine qui pourrait maitriser un camionneur de 2 mètres en un tour de bras). Je lui explique ce qui m'amène et elle me conduit à la réception.

C'est le point de rendez-vous.

Heure H-1

Rencontre avec Shigeru MiyamotoJ'arrive bien en avance. L'homme à l'accueil ne semble pas vraiment au courant de la conférence et doit vérifier dans ses archives. On m'invite finalement à patienter devant le salon où aura lieu l'évènement. Deux salles en or massif plus loin, j'aperçois enfin deux personnes habillés "normalement" (pas en costume fait sur mesure donc). L'un d'eux tiens une 3DS bleue. Nous faisons connaissance : Xavier et Thomas de Puissance-Nintendo, eux aussi sont arrivés un peu tôt mais ce n'est pas le genre d'occasion que l'on prend le risque de laisser passer. Fort sympathiques, nous échangeons nos premières impressions sur la situation et faisons un brin de StreetPass. Alors que nous ne sommes encore que trois, une des employées de l'hôtel ouvre les portes du salon et nous invite à venir nous installer.

Nous voila isolés. Tout a déjà été installé à l'avance et nous nous empressons d'occuper les places de devant (tout prêt de là où siégera le maitre). Buffet gratuit avec à la clé jus d'orange et de pamplemousse pressés le matin même et café de qualité supérieure, cinq étoiles oblige.

La discussion suit son cours et rapidement, le salon se remplit d'autres journalistes tous équipés de leur 3DS, l'occasion rêvée pour faire du StreetPass avec les collègues mais aussi et surtout avec Shigeru Miyamoto en personne. Au bout du compte, c'est un peu plus d'une vingtaine de site spécialisés qui sont représentés.

Nous rencontrons en personne Vincent, jeune attaché de presse dynamique qui fut notre contact lors des préparatifs.

Tout le monde prend place.

Entrée en Matière

Rencontre avec Shigeru MiyamotoLa conférence commence à 11h30, soit avec une bonne demi-heure de retard. Aucun signe de mécontentement cela dit, l'excitation est bien trop grande dans le cœur des "vieux joueurs" que nous sommes et qui avons grandi avec les créations de cet homme.

C'est l'arrivée de Shigeru Miyamoto, l'homme décrit sur Wikipédia comme le "légendaire gamedesigner", créateur de Mario, Donkey Kong, Zelda et initiateur d'un bon nombre de recettes qui ont fait de Nintendo le géant d'aujourd'hui. Rien que ça.

A sa suite, Grégoire Hellot, ex-présentateur de Game One, aussi connu pour ses rôles dans les parodies de Sentai "France Five" ou encore Damned et actuellement rédacteur chez Gamekult. Parlant un japonais parfait, il jouera le rôle de traducteur interprète pendant toute la conférence nous épargnant ainsi l'effort de devoir nous exprimer en anglais.

Ca commence.

Miyamoto nous salut et nous explique comment se déroulera la séance. Suite à une série d'annonces, sera littéralement "piochée" dans un chapeau une poignée de questions préparées à l'avance par les journalistes. Le procédé est discutable et nous ne sommes visiblement pas entièrement pris au sérieux. Là encore, tout le monde s'incline. Certains attendaient cette occasion depuis dix ans, ce n'est pas le moment de faire la fine bouche.

Le Plat de Résistance

Rencontre avec Shigeru Miyamoto"J'ai un peu honte de vivre encore aujourd'hui grâce à des personnages que j'ai créé il y a 25 ans (rires)." nous avoue Miyamoto.

Si Shigeru Miyamoto n'a pas fait une entrée percutante à coup d'Excalibur et de bouclier Hylien, il n'a cependant pas oublié sa bonne humeur et son tee-shirt "Legend of Zelda".

Les annonces se feront essentiellement autour de trois axes principaux :
- La Nintendo 3DS
- Les 25 ans de Zelda
- Le futur Mario

LA NINTENDO 3DS
Bien qu'aucun chiffre ne soit donné, on nous assure que la 3DS se porte bien. Si il est vrai qu'il n'y a pas eu de rupture de stock de la machine, c'est simplement que Nintendo avait prévu suffisamment large pour éviter ce genre de désagrément, et pour eux, et pour les consommateurs.

La 3DS fonctionne "plutôt bien" et "les chiffres sont rassurants" explique Miyamoto.

Il enchaine alors avec un bref historique et rappel se qu'est la 3DS, à savoir un "nouvel objet aux capacités nombreuses" désigné de tel façon à ce qu'il n'y ai presque pas besoin d'acheter de jeux. En soit, il s'agit de la console à laquelle Miyamoto rêvait, qui permette de jouer, communiquer et prendre des photos en 3D.
Il nous confit avoir conservé depuis son enfance une photographie en trois dimensions ("qui doit être en piteux états (rires)") qui l'aurait d'ailleurs inspiré.

Il en vient ensuite au système du StreetPass et son aspect révolutionnaire. "Rencontrer des gens sans vraiment les rencontrer". Il insiste sur les "sensations nouvelles" qu'un tel logiciel peut procurer aux joueurs (Miyamoto mettra souvent l'accent sur sa quête infinie de l'originalité).

L'un des téléphones des journalistes se met à sonner.
"Voila pourquoi il ne faut pas mettre de téléphone dans une console (rires). Une console c'est fait pour jouer."

Miyamoto en vient ensuite à parler de la 3D ou plus précisément de l'appareil photo de la console. Il nous raconte avoir suscité l'énervement d'un photographe professionnel possédant un appareil spécialisé dans la prise de photo en 3D en le prenant lui même en photo avec sa 3DS.
Pour Miyamoto, la 3D est avant tout un moyen de faciliter le partage des expériences :
"J'ai pris beaucoup de photos des monuments parisiens" explique-t-il, ajoutant qu'il a bien l'intention de les montrer à son retour au Japon.

THE LEGEND OF ZELDA OCARINA OF TIME 3D

"Le jeu est terminé" annonce-t-il. Il devrais sortir peu de temps après le prochain E3.

Mr Miyamoto nous rappel que le contenu sera globalement identique à celui de la version N64 mais amélioré.
Il estimait par exemple que l'utilisation des objets pouvaient parfois s'avérer laborieuse et que celle ci a été simplifiée grâce à l'écran tactile (chose que beaucoup d'entre vous avez peut être eu l'occasion de remarquer via les vidéos gameplay que nous vous avions proposer dans certaines news).

Côté technique, Shigeru nous supplie de regarder les cinématiques du jeu en 3D afin d'en ressentir toute la beauté.
Contrairement à sa version N64, Zelda 3DS tournera non pas en 20 fps (frame per second/ images par seconde) mais en 30 fps. L'animation étant considérablement plus fluide, cela à nécessité des ajustements au niveaux de certains mouvements afin de les rendre plus naturels et réaliste. Ce passage à 30 fps rendra évidement les phases d'action encore plus jouissives.

Comme nous le savions déjà, le jeu proposera les bonus suivants :
- un Mode Boss permettant d'affronter tous les boss du jeux à volonté
- un Super Guide qui, contrairement à celui de New Super Mario Bros, se présentera sous forme d'indices cachés et de "flashbacks" mettant les joueurs sur la bonne voie.

"Beaucoup de joueurs se sont plaints de la difficulté du Temple de l'Eau." explique t-il.

- Enfin, il rappel la présence du mode Master Quest, sorte de mode "Difficile" déjà présent dans la version Gamecube bonus de Ocarina of Time qui comporte des donjons plus ardus et des ennemis au comportement différent.

Miyamoto en vient à parler de l'intérêt grandissant du gyroscope qui donne vraiment une nouvelle dimension au jeu et en profite pour faire une aparté sur...

STAR FOX
Petite parenthèse sur le remake de Star Fox 64 (alias Lylat Wars en Europe) qui dans sa version 3DS s'appellera bel et bien "Star Fox" partout dans le monde, y compris chez nous.
On apprend que le jeu sera jouable à l'aide du gyroscope et qu'il sera possible dans les options d'ajuster la mise au point du viseur comme le ferait un vrai pilote (la 3D changeant complétement la donne lors des phases de tirs).

Star Fox lui aussi est officiellement fini.

MARIO 3D
L'un des projets les plus importants mais aussi les plus secrets de Miyamoto. Le maitre a accepté de nous en révélé un peu plus sur son bébé sur lequel il "travaille d'arrache pied" ainsi que sur Mario Kart 3D que Nintendo veut essayer de finir pour cette année.

Mario 3DS jouera énormément sur la profondeur et en terme de gameplay devrait se situer entre un Mario 64, un Mario Galaxy le tout saupoudré de New Super Mario Bros.

Il nous confirme également que les petits malins ayant repéré que Mario possèdera une queue ont vu juste : il s'agit bien d'une queue de raton laveur (soit l'une des transformations disponible dans le cultissime Super Mario Bros 3). On peut donc s'attendre à d'autre clins d'œil de ce genre. Les paris sont ouverts.

Le Choixpeau

Rencontre avec Shigeru MiyamotoNos questions, préalablement placées dans un chapeau sont tirées au sort.

- Question soulevant le problème de l'absence totale d' "Options de Tchat et de Communication" de Xavier (Puissance Nintendo)

A cela Miyamoto revendique sa volonté de ne pas faire comme les autres et de viser l'originalité. Il dit ne pas voir d'intérêt à faire ce que n'importe quel téléphone, ordinateur ou console peut déjà faire.

"Ce serait facile à faire." explique t-il. Cependant se pose le problème de la protection des jeunes utilisateurs. Donner la possibilité à des enfants de communiquer librement avec des inconnus impliquerait obligatoirement l'ajout d'un contrôle parental des plus handicapants et ce n'est pas là le but de Nintendo. Il va donc falloir attendre un bon moment si avant de voir débarquer un 3DSware "Pictochat".

Le problème se posera d'ailleurs avec le 3DSware gratuit Flipnote Memo qui permettra de créer de petit dessins animés et de les échanger avec d'autres joueurs : il y a donc un risque que des productions "incorrectes" soit mise en ligne. Se pose alors le problème de la responsabilité de Nintendo.

- Question sur Mario 3D d'Antoine.

Le sujet avait déjà été évoqué. Miyamoto se contente de préciser que la mise en scène du jeu se voudra surprenante et dynamique. Tout a été fait pour exploiter la 3D.

- Question de Fnac Gaming Network : "Si vous pouviez revenir dans le passé de votre carrière, qu'est ce que vous changeriez ?"

"On parle de moi là (rires)" s'exclame Miyamoto. "Je n"ai pas réalisé les buts de ma vie mais je suis satisfait. A la base je ne voulait pas aller chez Nintendo, je voulait juste travailler dans un magasin de jouets".
Miyamoto poursuit sur son enfance. "Quand j'étais enfant je voulais être marionnettiste. Au collège je voulais devenir mangaka et au lycée j'ai compris que j'étais plus fait pour le dessin industriel."
Selon lui, la 3D fait de lui une sorte de marionnettiste et son rôle de Gamedesigner l'a amené à dessiner et inventer de nombreux personnages comme un mangaka.

"J'ai la chance d'avoir fait des choses qui ne sont pas inutiles."

- Question de Stéphanie d'Eurogamer : "Qu'est ce qui vous inspire pour créer des univers si riches et variés ?"

Shigeru Miyamoto ne cache pas ses influences, bien au contraire. Les oeuvres de Miyazaki, Disney, Chaplin...
Il nous confit également s'inspirer d'un célèbre humoriste japonais, Yoshimoto spécialiste du manzai (art d'Osaka basé sur un duo d'humoristes formé d'un "nigaud" et d'un second qui réagit aux répliques idiotes du premier).
Il avoue énormément travailler l'humour de ses jeux sur des points très précis en s'aidant donc notamment des spécialistes du genre.

- Question de Dimitri, Next Nintendo : "La 3DS ayant tout misé sur la 3D, pourquoi ne pas avoir inclus un deuxième stick analogique à la console, pour contrôler la caméra par exemple."

A notre question Miyamoto nous rappel une énième fois son désir de viser l'originalité. Pour lui, le gyroscope, même si il demande un temps d'adaptation, représente l'avenir du jeux vidéo, bien plus qu'un second joystick. De plus, la présence d'un trop grand nombre de touches nuit à l'ergonomie des manettes et surtout des consoles portables. Nintendo, comme d'habitude, joue la carte de la simplicité.
Il nous donne l'exemple, déjà évoqué, de Zelda et de Star Fox, deux jeux dans lesquels le gyroscope joue une part cruciale (mais optionnelle afin de ne pas perturber les habitudes des réticents.)

- Question de Cyril de Jeuxvideo.org : "Quelles seront les différences entre Zelda N64 et 3DS ?"

Tout ayant déjà été dis à ce sujet, Miyamoto passe à la question suivante.

- Question de Julien qui aimerait "en savoir plus sur l'aspect non pas esthétique de la 3D mais surtout sur son rôle dans le gameplay."

Un peu blessé, Miyamoto nous affirme que c'est bien là la première chose à laquelle lui et son équipe on pensé. Il cite plusieurs jeux déjà en préparation.
En plaisantant, il propose un jeu de fantôme dans lequel certaines choses ne pourrait être vu que par l'œil droit et d'autre par l'œil gauche, imposant aux joueurs une alternance répétée aussi ridicule qu'intéressante.
La 3D est un phénomène nouveaux et qui n'est pas "naturel". Il va donc falloir "éduquer" le joueur, explique t-il.

- Question de Guillaume de Nintendo Master : "Si vous deviez faire le dernier des Mario, comment vous y prendriez vous ?"

A cela Miyamoto explique qu'étant lui même musicien, il compare son travail à celui d'un compositeur. Aussi si il invente des "structures" de jeux, tout ce décide sur l'instant et l'improvisation à son importance.
Face à une telle tâche, Miyamoto promet qu'il s'investirait "à 100%" pour en faire une expérience unique qui stimulerait les émotions et souvenirs des joueurs.

- Question "bonus" : "Est ce que la 3DS pourra faire office de manette avec une console de salon (façon GBA avec la 3DS)."

Nintendo a énormément songé à la question de la "connectivité" mais pour l'instant, aucune information officielle ne peut être faite sur le sujet.

Conclusion

Rencontre avec Shigeru MiyamotoLa conférence arrive à son terme après un peu plus d'une heure d'annonces.
Miyamoto se soumet à une petite séance photo où nous nous en donnons à cœur joie sous l'œil attentif de Grégoire Hellot.

Séance dédicace et c'est déjà l'heure du départ. La tension redescend lentement et les discussions entre journalistes sont animés. Nous remercions une dernière fois Vincent, l'attaché de presse, de nous avoir donné une telle occasion.

Bilan. Pas grand chose à se mettre sous la dent il faut bien l'avouer. Les informations n'étaient pas très fraiches et comme vous l'avez constaté, rien n'a été dit sur le "Project Café".
Autre déception : la mise en place d'un embargo.

-->Interdiction de publier quoi que ce soit sur la conférence avant le samedi 23 avril.

Si la plupart d'entre nous pensions qu'il s'agissait là d'une preuve d'une grosse annonce, il ne s'agissait en fait là que d'un moyen de laisser l'exclusivité à Gameblog qui a eu droit à un indéniable traitement de faveur (pas d'embargo, rencontre privée et droit de filmer).

On ne peux s'empêcher d'avoir cette désagréable impression d'être pris pour des amateurs mais cela dit, cette conférence était avant tout organisée pour nous montrer que Nintendo pense aux sites spécialisés.

L'expérience ayant été des plus enrichissantes, nous espérons de tous cœur voir ce genre d'évènement se multiplier afin de pouvoir vous donner toujours plus d'informations exclusives dans les plus brefs délais.

Remerciements :
- à Nintendo France
- à Shigeru Miyamoto pour son génie et son humour
- à Grégoire Hellot pour sa traduction de qualité
- à Xavier et Thomas de P-Nintendo pour leur sympathie et pour m'avoir prêté un feutre lors des dédicaces
- à vous bien sur pour avoir lu ce long dossier jusqu'au bout

Dimitri le 23/4/2011