Test de Robox sur Nintendo Wii

Voir un bon jeu sortir sur WiiWare, ça arrive, mais c'est rare. Mais l'avantage des jeux sortis sur ce support, c'est qu'ils sont réalisés en général par de petits studios, et que la prise de risque moindre leur permet de faire un peu tout ce qui leur passe par la tête. Alors quand on peut ce qu'on veut, pourquoi ne pas créer un jeu dont le héros est une sorte de boîte de conserve carrée qui bouge et tire des boule de feu comme dans Mega Man ? Bonne idée nan ? Le pire c'est que ça donne un résultat pas si débile que ça. Explications...

Exploration carrée

Robox - Nintendo WiiRobox est un jeu qui ressemble d'abord au premier Metroid sur NES. Un jeu dont vous ne saurait rien de l'histoire tant que vous n'aurez pas regarder le synopsis dans le "livret" (dans un WiiWare le livret est virtuel, mais il existe), et qui commence sans crier gare, vous projetant subitement dans un monde hostile. Alors évidemment vous pourrez toujours essayer de lire le tutoriel du début, mais passer les deux premières phrases on a surtout envie de zappé pour expérimenter les choses soi-même. Et c'est à ce moment que les joueurs vont se scinder en deux branches distinctes de la population : ceux qui aiment souffrir et eux qui vont arrêter de jouer au bout de 20 minutes.

Attention, quand je parle de souffrir, ce n'est pas parce que Robox est un jeu complètement nul et que c'est une plaie d'y jouer, nan nan. Seulement voilà, imaginez que vous dirigez un robot carré. Pas un humanoïde, pas une sorte de Terminator capable de conduire une moto tout en rechargeant un fusil à pompe et en butant les méchants, non, ce serait trop facile. Vous êtes un robot carré. Vous ne savez que marcher, sauter, et tirer trois petites boules de feu à la mode "pew pew pew" (limité à trois tirs à la suite, comme dans les vieux jeux NES). Maintenant imaginez que vous évoluez dans un monde en 2D, qui s'étend à droite, en haut, en bas, puis à gauche... enfin bref, un monde non linéaire. Vous êtes paumé dans ce monde, vous n'avez pas de carte (faut pas rêver), et le pire, c'est que les ennemis en face de vous sont à la fois vicieux et résistants.

A partir de là deux réactions : "Ouah trop cool enfin un vrai jeu !", ou bien "C'est quoi cette bouse on comprend rien xD" Hey oui, car Robox est un jeu à l'ancienne. Un jeu qui a bouffé de la NES au p'tit déj et qui n'a pas envie de vous faciliter les choses. Ici pas de GPS pour savoir où vous allez, pas de nouvelles armes pour vous la péter contre un boss un peu trop dur, et pas de pitié pour vos pouces. Vous allez en baver bande de lascars, mais vous l'aurez chercher.

Quand le toaster s'emballe

Robox - Nintendo WiiBon ok, le personnage que vous contrôlez n'est pas un toaster comme le titre le sous-entend, mais bon, quand on veut faire d'un robot carré un héros de jeu vidéo, faut assumer jusqu'au bout. Bref, là où la machine s'emballe, c'est lorsque Robox s'écarte de ce gameplay simple et intuitif. Et cela arrive souvent dans l'aventure. Normalement l'aventure se joue avec la Wiimote en position horizontale, avec la croix de déplacement et les boutons 1 et 2, dans la plus pure tradition des jeux NES. Seulement voilà, nous sommes en 2010 et les développeurs ont du se dire que cela ne suffisait pas.

Ils ont d'abord eut une idée qui vous paraîtra bonne en théorie mais qui s'avère en pratique un peu étrange à comprendre. L'idée, c'était tout simplement de reprendre le système d'upgrade de Metroid de façon originale. Ainsi vous ne trouverez pas de nouveaux items dans la nature, mais des petites créatures qui viendront se glisser dans votre carcasse et réparer vos circuits. Ces phases de réparations sont jouables, mais il faudra alors pointer l'écran avec votre Wiimote, et diriger les petites bêtes à la manière du jeu Worms. Il faut un petit temps d'adaptation pour comprendre le fonctionnement de ce mode, car il se décompose en deux parties : les événements scriptés, obligatoires, et ce que l'on pourrait appeler "la grande énigme".

Pour ce qui est des événements scriptés, ils arrivent quand le robot est en danger, suivant le scénario. Par exemple le héros tombe dans un nuage de poison et d'un coup l'action passe en mode "dans le robot", et nous demande de résoudre une énigme simple à l'aide d'un nombre donné de petites créatures, ce qui lui permettra de débloquer la compétence "résistance au poison". Il y a aussi une énigme que vous pourrez essayer de résoudre à tout moment, en appuyant sur le bouton "moins". Mais pour résoudre cette énigme, il faudra récupérer une cinquantaine de morceau d'ambre à travers les niveaux du jeu, qui vous donneront de nouvelles nano machines pour réparer le robot. Un bon moyen de multiplier la durée de vie, car ce mode permet de récupérer des dossiers secrets concernant l'histoire du jeu.

A coté de ces phases qui auront du mal à convaincre, il y a aussi des phases de shoot, beaucoup mieux réussies. Le héros s'accroche à une sorte de chenille et devra tirer sur tout ce qui arrivera dans sa tête. Un mode haletant, et aussi dur que les phases de plate-forme, qui permet de briser la monotonie de l'exploration.

Une route semée d'embûches

Robox - Nintendo WiiEn vérité, tous ces petits éléments de gameplay ne seraient rien si le jeu n'était construit autour de deux détails fondamentaux : le level design et la puissance des monstres. Vous allez me dire, c'est le B.A. BA de tous les jeux vidéo, mais dans Robox, c'est simplement le point fort du soft. Et c'est pourquoi c'est un bon jeu malgré les apparences.

Commençons par la vitalité du héros. Notre boite de conserve carrée possède une barre de vie (symbolisée par une barre de batterie), composée de seulement 3 points de vie. Vous pourrez l'upgrader au fil de l’aventure en trouvant des pièces d'engrenage, 4 pièces pour 1 points supplémentaire. Sauf que nous ne sommes pas dans Zelda ici, et les "quarts de cœur" ne tombent pas du ciel, mais sont tous cachés de manière très vicieuse dans les niveaux.

Le truc, c'est qu'avec 3 points de vie on ne fait pas long feu contre les ennemis de Robox. Même si la plupart ne ressemblent à rien (mouches géantes, poissons hideux, hippopotames volants crachant des boules de miel...), leur mocheté n'a d'égale que leur férocité. Les mouches ont par exemple la fâcheuse habitude de voler trop haut pour qu'on puisse leur tirer dessus, et de piquer d'un coup sur nous lorsqu'on s'y attend pas. De plus, ces monstres sont vraiment coriaces, il n'est pas rare qu'il faille leur tirer dessus 5-6 fois d'affilée pour les tuer, et il peuvent être très nombreux. Certains sont même invincibles, et le seul recours sera de fuir...

Et à cela s'ajoute le level-design, véritable torture pour le gamer qui n'aurait jamais tâté de la plate-forme. On y retrouve tout ce qu'il faut pour bien s'amuser. Des sauts dans le vide au pixel près, des pics placés à des endroits tellement vicieux qu'on les remarque à peine, des stalactites qui vous tombent dessus si vous êtes trop lent, et même, cerise sur le gâteau, un décors immense. Oui, car dans Robox, lorsque vous tomber dans un trou, vous retombez très souvent sur la terre ferme (ou un pic bien mal placé), dans une zone inexplorée mais pourtant aussi vaste que celle que vous venez de quitter.

Il faut dire que dans ce jeu, il n'y a qu'un seul chemin à suivre, mais aussi beaucoup de cul-de-sac. Il peut vous arriver de passer une heure à essayer d'aller au bout d'un tunnel (avec trois points de vie, des plate-formes difficiles d’accès, et des ennemis qui vous harcèle), le tout pour débouler sur un joli morceau d'ambre ou une pièce d'engrenage, mais aussi et surtout un mur ! Passer l'euphorie d'avoir trouvé un item caché, il faut alors retourner d'où vous venez et essayer de trouver le bon chemin à suivre. Dur...

Picasso ? Dali ? Non... Dream Box

Robox - Nintendo WiiIl faut ajouter un petit paragraphe concernant l'aspect artistique du jeu. Il faut dire que les p'tis gars de Dream Box font assez fort. La musique est assez entraînante, le scénario étrange mais intéressant, mais c'est surtout la patte graphique qui attire l'œil. Rien a redire sur le plan technique, la 2D façon Muramasa The Demon Blade passe très bien. Elle donne un coté peinture au jeu, qui flatte la rétine.

Le design des monstres en revanche, donne l'impression de se balader dans une toile de Salvadore Dali. Remarquez ce n'est pas forcément un mal, mais disons que les monstres du jeu (et même le héros) ont tous une drôle de dégaine. Et encore, vous n'avez pas vu les nuages remplit d'eau orange qui flotte dans les airs. Vraiment très étrange ce monde. Dépaysant, certes, mais pas spécialement de très bon goût. Le fait est que l'on nage en plein surréalisme.

Yah le 10/10/2010

Evaluation du jeu

Graphismes16/20

Graphiquement le jeu est clean, même si les décors sont quand même très statiques. Il a cependant pour lui de très jolis effets de lumière, ainsi qu'une patte artistique assez étrange, mais au moins originale.

Son13/20

Chose à signaler au niveau de la bande-son, le thème principal est facilement reconnaissable. C'est déjà pas mal, même si l'ost n'est pas le point fort du soft.

Durée de vie17/20

La durée de vie est proche d'un Zelda ou d'un Metroid de l'époque NES, en plus facile peut-être grâce aux sauvegardes, mais sans plus. A noter qu'une fois fini on débloque une nouvelle arme, et qu'il y a pas mal d'objets cachés à trouver.

Jouabilité16/20

Les phases d'exploration sont basiques à mort, mais c'est le but. La note baisse baisse un peu tout de même à cause des passage à l'intérieur du robot.

Scénario12/20

Le scénario est aussi étrange que le design, mais il n'est pas très développé.

Verdict

+ Le coté old-school
+ La difficulté prononcée
+ Le design façon "Dali"
+ Le prix (10 €)

- Un jeu basique
- Parfois un peu dur
à comprendre
- Il faut aimer souffrir
pour y jouer

Très Bon

15/20

Indice Qualité Next NintendoPour le plaisir de ses membres et visiteurs, les articles de Next Nintendo sont soumis à une norme de qualité. Cette norme contient divers points clefs essentiels pour garantir un contenu de qualité, et qui permettront d'établir une relation de confiance entre nous.
En savoir plus

Robox

Niveau d'attenteInteretInteretVoterCommenter le testPlus d'infos

En images

Robox - Nintendo WiiRobox - Nintendo WiiRobox - Nintendo WiiRobox - Nintendo WiiRobox - Nintendo WiiRobox - Nintendo WiiRobox - Nintendo WiiRobox - Nintendo WiiRobox - Nintendo WiiRobox - Nintendo Wii