Test de Endless Ocean sur Nintendo Wii

Essayons de nous remettre dans le contexte de la sortie du jeu. Nous sommes en novembre 2007. Zelda Twilight Princess est sorti depuis un an maintenant, Mario Galaxy va sortir dans quelques jours, et vous voyez débarquer en magasin un jeu étrangement moins cher que les autres. Vous pensez avoir affaire à un énième jeu kleenex, développé avec le bout des doigts par une équipe de bras cassés pour profiter du nouveau marché familial qu'offre la Wii ? Détrompez-vous, il s'agit déjà du troisième jeu de plongée fait par le studio Arika, après Everblue 1 et 2 sur PS2.

Mais alors pourquoi Endless Ocean a fait un peu moins d'un million d'unités vendues, alors que la série Everblue avait fait un flop ? Serait-ce l'effet casual-gaming propre à la Wii ? Les qualités du gameplay ? Le coté décalé par rapport à tous ces jeux pleins de violence ? L'amour des fond marins ? A l'aube de la sortie d'Endless Ocean 2, il est temps de mettre les pendules à l'heure.

Pourquoi faire compliqué ?

Endless Ocean - Nintendo WiiTout d'abord il convient de se replonger dans la tête d'un joueur qui découvre à peine cette nouvelle console nommée la Wii, et surtout cet étrange télécommande qui remplace la manette traditionnelle, nommée Wiimote.

Le gameplay de Endless Ocean s'appuie sur cette idée de simplicité propre à la console : aidé(e) de votre seule Wiimote, vous allez pointer l'écran pour nager à la rencontre des poissons. Voilà déjà un concept qui casse les habitudes traditionnel du joueur, mais qui surtout correspond bien mieux aux mouvements d'un plongeur sous-marin.

En effet, la grande force du titre réside dans son gameplay. Un fois dans l'eau, vous devenez réellement un plongeur. Il suffit juste de pointer dans une direction et de laisser appuyé le bouton B pour avancer, puis de fouiller les environnements avec A. Il vous ait également possible de naviguer dans les menus avec les flèches de gauche et droite pour, par exemple, donner à manger aux poissons. Vous aurez même le droit à un appareil photo.

Voilà comment on battit un empire avec bien peu de chose, et voilà comment, avec une simple idée, on arrive à créer un jeu intuitif et assurément prenant.

Des décors pas si répétitifs que ça

Endless Ocean - Nintendo WiiMais un bon gameplay ne sert pas à grand-chose sans de jolis graphismes, surtout que, contrairement à la majorité des jeux vidéo, il n'y a absolument aucun combat ni aucun danger dans Endless Ocean. Pas de limite d'oxygène (enfin si, mais je n'ai jamais réussi à l'atteindre malgré de très longue cessions de plongée), pas d'animaux dangereux (tous les requins se laissent caresser). Reste donc la contemplation des décors !

Et pour ce qui est des décors, nous sommes plutôt bien servis. Il est vrai que les roches se ressemblent beaucoup d'un endroit à un autre, et que les textures ne sont pas très fines, mais la grandeur de la mer de Manaurai (votre terrain de jeu) compense largement ce détail. Il n'y qu'une seule grande zone, dans laquelle vous choisissez un point de plongée, vous ne pourrez donc pas traverser la mer de long en large à la nage, mais cette zoné délimité est assez vaste.

La profondeur de champs est relativement faible, mais cela rend bien puisque, sous l'eau, il semble normal d'avoir un champs de vision peu étendu. En revanche certains décors donnent carrément le vertige, lorsque vous passez d'une petite plage à une large fosse, le tout sans aucun lag. De même, dans le jeu, il existe des endroits féeriques, comme des temples engloutis ou des grottes sous-marines, des endroits qui plairont aux amateurs d'exploration et qui rappellent un peu les temples de Zelda. Il y a qui plus est des tas de trésors cachés dans le sable, que vous pourrez dénicher seul ou aider d'un dauphin, mais nous y reviendrons.

20 000 yeux sous les mers

Endless Ocean - Nintendo WiiLes décors sont impressionnant, certes, mais encore faut-il qu'ils soient bien remplis, et sur ce point le jeu divise les opinions. Certes il y a énormément d'animaux dans le jeu (en 15 heures de jeu j'ai encore des pages entièrement vierge dans mon album), des poissons, des crustacés, et même des oiseaux qui viennent se poser sur le pont de votre bateau lorsque vous remontez à la surface.

Beaucoup d'entre eux sont réels, mais certains sont imaginaires ou censés avoir disparu, comme le cœlacanthe des fonds abyssaux. Il vous faudra du temps pour tous les connaître, d'autant plus que chacun d'entre eux possède trois pages de textes, qui se débloque au fur et à mesure que vous les côtoyer (vous devez les caresser ou leur donner à manger pour parfaire votre affinités avec eux).

Voilà pour les bons points, en revanche quelque chose gène considérablement la moitié des joueurs s'étant essayé au soft : leur comportement. Si l'on met de coté les dauphins, qui une fois apprivoisés peuvent vous accompagner sous l'eau, et sur lesquels vous pouvez vous accroché pour nager avec eux (on peut aussi nager à dos de baleine), les autres poissons n'ont absolument aucune vie. Ils se contente de tourner en rond la plupart du temps, et de réagir mollement à vos sollicitations (se trémousser quand on les caresse, sauter sur la nourriture)... troublant. Il y a même des animaux qui viennent se poser sur votre bateau, et pas seulement des oiseaux, mais parfois aussi des choses beaucoup plus grosses, tels que des morses... encore plus troublant.

Quand est-il de l'histoire ?

Endless Ocean - Nintendo WiiBien que très simpliste, elle ajoute un certain charme au jeu. Lorsque vous débutez une partie, on vous demandera simplement de créer votre personnage (sexe, coupe de cheveux, cela reste très basique), et roulez jeunesse ! Vous serez emmenez à bord du Gabbiano, en compagnie de Catherine Sunday. Cette dernière vous a recruté pour explorer les fond marins de la mer de Manaurai et recenser sa faune. Elle-même ne peut pas vous accompagner, car, bien qu'étant une grande scientifique et spécialiste des animaux marins, elle ne sait pas nager...

Aussi étrange que cela puisse paraître, l'histoire intrigue et laisse le joueur en haleine pendant une bonne dizaine d'heures. On se surprend à découvrir petit à petit les véritables motivation de cette jeune fille aux allures de baril (désolé mais le sac de sauvetage n'aide pas à la rendre glamour...).

Qui plus est vous recevrez des nouvelles de la terre ferme par mails, et parfois des gens viendront et vous demanderont de nager avec eux, pour leur faire découvrir les fond marins. Il y aura aussi des missions pendant lesquelles vous devrez photographié certains lieux ou animaux. Cela reste divertissant et permet d'allonger la durée de vie encore un peu.

L'édenté de la mer

Endless Ocean - Nintendo WiiEn conclusion, Endless Ocean reste une très belle surprise, et, pour peu que l'on aime le monde sous-marin, c'est une aventure prenante et très relaxante. D'autant plus que l'ost, composée essentiellement par des chansons de la chanteuse néo-zélandaise Hayley Westenra, est un pur délice. Il est aussi possible d'importer sa musique via une carte SD.

Le seul point faible du jeu est son manque de réalisme (la mer de Manaurai est fictive et les poissons qui y vivent ont des réactions peu naturelles) et l'absence de challenge (pas de risque de mourir). C'est en quelque sorte un musée interactif plus qu'une simulation, mais le nombre d'objets à récupérer est assez impressionnant pour vous tenir en haleine longtemps. Il existe aussi un mode online, dans lequel vous pouvez invité un ami à plonger avec vous, mais cela reste limité, et il ne fait aucun doute que ce mode sera plus intéressant dans Endless Ocean 2, avec le Wii Speak.

Yah le 30/1/2010

Evaluation du jeu

Graphismes14/20

Les fonds marins sont immenses, les décors variés, et, malgré des textures peu attrayantes, le soft possède un charme certains. On regrettera surtout le manque de réalisme dans le comportement des animaux.

Son15/20

Que ce soient les thèmes instrumentaux, les chansons de Hayley Westenra, ou même les sons aquatiques, le jeu dispose d'un background sonore en accord avec le thème de la plongée : relaxant.

Durée de vie14/20

Que l'on soit d'accord, le jeu se termine entre 8 et 10 heures, mais cela vous paraîtra long, je peux vous l'assurer. Passer vingt minutes sous l'eau à se balader et à chercher des trésors, c'est sûrement aussi fatiguant que passer 2 heures à sauter de plate-formes en plate-formes dans Mario. Il faudra compter sûrement quatre fois plus de temps pour trouver tous les animaux, les tenues, et les trésors... à supposer que vous en ayez le courage.

Jouabilité19/20

Comme je l'ai déjà dit, le gameplay est simpliste, mais l'utilisation de la Wiimote pour nager et attraper des choses est des plus immersives. C'était tout ce qu'il manquait à un jeu comme Everblue, dont l'ambiance était ternie par une jouabilité classique à la manette (normal pour l'époque puisque la Wii n'existait pas encore).

Scénario10/20

Le scénario existe, et il est même ponctué d'humour et de scènes plus tristes, mais ce n'est qu'un prétexte à l'aventure. Cependant il vous donnera l'envie de jouer encore pour tout savoir.

Verdict

+ Très original
+ Monde vaste et varié
+ Beaucoup d'animaux
différents
+ De nombreuses choses
à débloquer

- Des animaux sans vie
- Mode online gadget
- Décors fictifs
- Pas de danger

Bon

14/20

Indice Qualité Next NintendoPour le plaisir de ses membres et visiteurs, les articles de Next Nintendo sont soumis à une norme de qualité. Cette norme contient divers points clefs essentiels pour garantir un contenu de qualité, et qui permettront d'établir une relation de confiance entre nous.
En savoir plus

En images

Endless Ocean - Nintendo WiiEndless Ocean - Nintendo WiiEndless Ocean - Nintendo WiiEndless Ocean - Nintendo WiiEndless Ocean - Nintendo Wii