Test de Spyborgs sur Nintendo Wii

Saviez-vous que Spyborgs est dispo ? Vous ne savez même pas ce qu'est Spyborgs ?! Capcom a pourtant assuré la promotion du jeu lors de l’E3 et la Games Convention 2009, puis… plus rien ! Premier jeu du petit studio de développement Bionic Games, le jeu est sorti en toute discrétion et s’est logiquement écrasé au fond des charts. A vrai dire, le manque de communication sur le jeu est assez troublant, comme si Capcom avait lâché en cours de route son poulain pour courir d’autres pouliches. Chevauchons le canasson pour voir ce qu’il a dans le ventre !

Universal Loser

Spyborgs - Nintendo WiiL’histoire est aussi navrante que celle des films d’action des années 80. Spyborgs reprend la trame d’Universal Soldier : le cadavre du soldat Jean-Claude Van Damme est ramené à la vie pour servir d’arme « cyborg » plus résistante et plus forte. Coup de théatre : des Spyborgs disparaissent de l’usine sans laisser de trace ! Il va falloir éclaircir ce mystère laytonien à l’aide de deux personnages à choisir parmi les trois disponibles à chaque début de stage : « Stinger » le Duke Nukem, « Clandestine » la ninja et « Bouncer » le Goldorak. Un joyeux fourre-tout…

Les trois petits cochons

Spyborgs - Nintendo WiiLa ninja Clandestine emprunte son style de combat à Taki de SoulCalibur, ce qui n’est pas pour nous déplaire, même si elle est un peu faiblarde. Très rapide, elle dégaine son sabre et tranche à tout va. Le Duke Nukem fait du Duke Nukem : il mitraille sans réfléchir, mais sa course est déjà plus lente que Clandestine. Enfin, le Goldorak se bat à la manière de Donkey Kong dans Super Smash Bros Brawl : il donne des baffes monstrueuses, mais se déplace moins vite qu’une 2CV. En dépit de personnages « customisables », on note un flagrant manque de charisme. D'ailleurs, le jeu est en lui-même référencé à outrance : on songe en particulier aux productions Capcom, comme les arènes de Power Stone ou les orbes à collecter lorsque les ennemis meurent d’Onimusha.

Beauté bionique

Spyborgs - Nintendo WiiLa réalisation sauve heureusement l’honneur : le moteur du jeu a des chevaux sous le capot et cela se voit ! Les capacités graphiques de la Wii sont donc bien sollicitées, fait assez rare pour être signalé. Les personnages tout en rondeur et les décors aux couleurs chaudes et flashy évoquent agréablement le style pixarien. Les cut-scenes grandguignolesques renforcent l’aspect dessin animé. Et comme dans un dessin animé grand public, il n’y a pas une goutte de sang. Il y a bien des traînées rouges de ci, de là, mais elles s’évaporent au lieu d’asperger le sol. Pour contourner les gros ralentissements lorsque les ennemis se bousculent à l’écran, Bionic Games a opté pour une astuce de mise en scène : un effet Bullet Time diminue le rythme pour accueillir une nouvelle horde. Du coup, on est légèrement mal à l’aise : l’effet Bullet Time sans pouvoir tirer dans tous les sens, c’est moyen.

Et tu cognes, cognes, cognes, c'est ta facon d'aimer !

Spyborgs - Nintendo WiiLa prise en main est relativement basique : on appuie sur le B pour une frappe légère, le bouton C pour une frappe lourde. Le bouton A sert à sauter, le bouton Z sert à se défendre, mais aussi à déclencher un combo dévastateur à deux joueurs dans la plus grande tradition des Rival Schools. Il faut d’abord veiller à remplir sa jauge d’attaque en simultané en collectant des orbes de couleur orange (les bleues redonnent de la vie, les vertes rendent invincibles, les rouges constituent la monnaie du jeu pour acheter des bonus). Bref, une fois la jauge d’attaque en simultané remplie et l’attaque déclenchée, une spirale bleuetée voile l’écran : vous devez effectuer les gesticulations de la Wiimote attendues pour assister au spectacle. Et quel spectacle !

Boss, Boss, Boss (sur l'air de Sabrina)

Spyborgs - Nintendo WiiBionic Games puise également dans Halo : le mode coopération est excitant puisque lorsque l’un des joueurs meurt, il ne pourra réapparaître qu’une fois la zone nettoyée de tous les ennemis. Les décors sont en effet structurés en plusieurs zones fermées, de manière à ne pas surcharger la console de calculs : une astuce empruntée à l’excellent Phantasy Star Online. L’interaction avec les décors est assez sommaire, mais c’était également le prix à payer pour que les graphismes soient de bons niveaux. Et la difficulté est au rendez-vous : on meurt souvent ! Les ennemis de base sont résistants et attaquent sans relâche. Je vous laisse imaginer les combats contre les Boss ! Spectaculaires et fichtrement ardus…

Platon21 le 27/10/2009

Evaluation du jeu

Graphismes16/20

On salue le travail effectué par Bionic Games, apparemment fan de Pixar. Quelques passages sont tout de même un peu sombres, et l’arrivée « au ralenti » des vagues de super-méchants constitue un effet un peu « cheap ». Mais ce ne sont que des détails comparé au déferlement continu d’actions et d’explosions orgiaques !

Son13/20

La bande-son est en décalage par rapport au reste : du métal bien gras au menu. Dans l'absolu, ça ne choque pas. Mais les voix américaines, très drôles, rappellent qu'il s'agit d'une production destinée avant tout aux fans de dessins animés...

Durée de vie15/20

Finir le jeu en une dizaine d'heures permet d'accéder à un niveau de difficulté inédit intitulé « Cauchemar ». Et il ne galvaude pas son nom tant le rythme est soutenu et les ennemis coriaces ! Le mode Multi est chaudement recommandé, même si l’IA qui gère le deuxième joueur est tout à fait remarquable. De nombreux bonus sont à débloquer pour les plus fanatiques, ainsi que le mode « Boss Battle » pour aller à l’essentiel et… s’arracher les cheveux ! Enfin du challenge pour les hardcore gamers sur Wii.

Jouabilité16/20

On note une faible interraction avec les décors, de même qu'une certaine linéarité des niveaux. Mais encore une fois, ce ne sont que des détails : les combos s'enchaînent sans temps mort et les ennemis s'en prennent plein la tête. La Wiimote est d'ailleurs correctement employée, soit lors de gesticulations dantesques à deux joueurs, soit à la Super Paper Mario pour découvrir des objets invisibles dans le décor.

Scénario--/20

"On a remarqué que tous les fous étaient philosophes et que tous les philosophes étaient fous".
Edgar Allan Poe.

Verdict

+ Les graphismes
très soignés
+ Les Boss...
+ La difficulté
outrageusement relevée
+ La jouabilité efficace
à défaut d'être innovante

- Une absence presque
totale de scénario
ou d'enjeux
- Conséquence : le
bourrinage est bien
orchestré mais un peu
vain

Très Bon

15/20

Indice Qualité Next NintendoPour le plaisir de ses membres et visiteurs, les articles de Next Nintendo sont soumis à une norme de qualité. Cette norme contient divers points clefs essentiels pour garantir un contenu de qualité, et qui permettront d'établir une relation de confiance entre nous.
En savoir plus

Spyborgs

Niveau d'attenteInteretInteretVoterCommenter le testPlus d'infos

En images

Spyborgs - Nintendo WiiSpyborgs - Nintendo WiiSpyborgs - Nintendo WiiSpyborgs - Nintendo WiiSpyborgs - Nintendo WiiSpyborgs - Nintendo WiiSpyborgs - Nintendo WiiSpyborgs - Nintendo WiiSpyborgs - Nintendo WiiSpyborgs - Nintendo Wii