Test de Sonic Lost World sur Nintendo Wii U

Sonic nous revient en exclusivité sur Wii U après une courte absence sur les consoles de Nintendo. Fort d'un travail de fond entamé depuis quelques années par les développeurs, la licence semble être sur la bonne voie après le succès critique de Sonic Colors et de Sonic Génération. Pour l'heure, il nous tarde de parcourir le Lost World en compagnie du hérisson bleu alors on appuie sur Start , on mate la cinématique d'introduction, et on est parti pour de nouvelles aventures !

Toujours tout droit.

Sonic Lost World - Nintendo Wii USans transition (ni HUD) nous voilà dans le feu de l’action au milieu des Windy Hills : sur le plan graphique, Sonic Lost World nous rassure immédiatement et reste tout aussi convainquant que sur les screenshots éditeur. L’ensemble est ultra propre, on ne décèle que très peu d’aliasing et sur un écran à grande diagonale les couleurs sont éclatantes de vie. On pourra regretter l’aspect très cheap de l’horizon/papier peint mais dans l’absolu, on saluera le travail des développeurs qui nous délivrent une prestation franchement convaincante d'autant plus que le framerate calibré à 60 FPS est rarement pris en défaut. Techniquement donc, tout va bien dans le meilleur des mondes. Malheureusement, la technique ne fait pas tout.

En effet, le jeu commence et nous sommes vite confrontés à un problème de poids : ce qui, en vidéo de présentation, nous semblait être une vitesse justement modérée du personnage devient un rythme de croisière bien poussif, si bien que l’on se surprend à s’avancer sur son fauteuil dans l’espoir d’un troisième niveau d’accélération…qui ne viendra pas. On en arrive presque à se demander l’intérêt d’intégrer un (intelligent) système d’accélération, si l’écart de vitesse n’est pas aussi fulgurant que prévu. C’est d’autant plus dommageable que lorsque l'on aborde les «chemins» prédéfinis, les mouvements de Sonic s’enchainent avec souplesse et le sentiment de vitesse est là, même si le contrôle du hérisson tient plus du QTE que de la grande liberté promise. D'ailleurs, n’essayez surtout pas de sortir de la piste ou d’esquisser le moindre mouvement latéral sous peine de vous retrouver dans le même ordre de vitesse qu'un véritable hérisson. Pour schématiser grossièrement le malaise, disons que le jeu vous donne la possibilité de vous écarter des pistes, mais rend le gameplay tellement poussif lorsque vous le faites que vous revenez naturellement vers les chemins prédéfinis, un faux choix qui aura vite fait d’agacer le joueur. Et comme si ce n’était pas déjà assez, le simple fait d’attaquer un ennemi via le système de lock met quasiment Sonic à l’arrêt, hachurant un peu plus un rythme déjà bien mollasson. Ainsi au fil des niveaux, le joueur perd progressivement son sourire enthousiaste : les passages en 2D, pourtant propices à la vitesse, réalisent la prouesse de paraître encore plus lents ; le ciblage (et la maniabilité en général) part en vrille beaucoup trop souvent et les combats contre les boss sont, et resteront, d’un inintéressant « effroyable ». (Oui on sait faire des jeux de mots chez Next-Nintendo)

On repose donc la gamepad suite à cette première approche et tout au fond de son âme de joueur, on se dit avec regrets que ça sent un peu le hérisson écrasé sur le bord de l’autoroute...

Un bleu profond

Sonic Lost World - Nintendo Wii UPourtant on y retourne un peu malgré nous, avec comme principale motivation ce masochisme primaire, vestige de l'époque sacrée du «Nintendo hard». On sent (et on espère surtout) qu’il ne peut pas y avoir que du mal chez ce Sonic, que le titre ne peut pas être entièrement mauvais, qu’il y a quelque chose qui nous échappe. On reprend donc le Gamepad en main, toujours meurtri par la déception mais progressivement, une transformation s'opère dans l'ombre, le jeu évolue sous nos yeux et prend de l'ampleur.

En effet, aborder Sonic c’est comme aborder un hérisson sauvage : l’animal a besoin d’un peu de patience de votre part avant de se laisser apprivoiser et de vous donner de son amour. Si vous êtes de ceux qui, à juste titre, demandent à un jeu de plateforme un confort de jeu immédiat, ne prenez même pas la peine de lire la suite, ce jeu n’est pas fait pour vous. Les autres devront assimiler quelques petites choses avant de se lancer dans l'aventure : La première, c’est de comprendre que Sonic est littéralement un jeu à plusieurs vitesses, d’une part parce que vous risquez d’être relativement déçus par votre première approche du titre pour les raisons évoquées plus haut, d’autre part parce que la sensation de frustration qui était jusque-là relativement omniprésente laisse, au fil des heures, la place à un ressenti beaucoup plus flatteur : la satisfaction de l’effort accompli. Vous comprenez alors très vite que la vitesse se mérite, qu’un « spin-dash » à point nommé vous permet d’enchainer vos mouvements, qu’un ennemi doit s'anticiper et s’éviter afin de garder sa vitesse de pointe, que les accélérateurs vont se chercher à la sueur de votre front et ainsi vous prenez un vrai plaisir à contrôler le personnage. Un système similaire à celui de Wonderful 101 qui, pour une fois, cesse de prendre le joueur par la main, en lui laissant une marge de progression qu’il devra aborder seul, au fil des échecs. Il est d’ailleurs probable qu’une bonne partie des joueurs, aussi «hardcores» soient-ils, mettent du temps à comprendre que le petit-symbole qui apparaît en haut de l’écran de temps à autre, notifie d’une aide de jeu (trop) discrètement placée sur le Gamepad. Cela rappellera à certains ces moments de solitudes, lorsque vous retournez votre appartement à la recherche de vos clefs alors qu'elles étaient dans votre poche depuis tout ce temps. Rageant vous dites?

La deuxième chose à assimiler c’est que Sonic est définitivement devenu un jeu de plateforme ponctué de phases de vitesses et non l’inverse. Alors oui ça surprend lorsque l’on sort tout juste de l’excellent et décoiffant «Sonic Generation», mais c’est un parti pris qu’il faudra accepter. C’est notamment le cas lors des phases en pure 2D du titre que l’on apprécie beaucoup mieux en gardant en tête que le Game-design a été pensé et créé pour le bien de la plateforme et non pour la vitesse. À l’exception de rares niveaux vraiment catastrophiques, on revient alors en quête des rings rouge bonus avec plus d'entrain, en découvrant ou redécouvrant chacun des stages sous un œil nouveau. En comparaison de la catastrophique prise en main du début de jeu, il y a vraiment du mieux : le milieu de l’aventure nous régalerait presque, le level-design parvient à convaincre les sceptiques que nous sommes, et la maîtrise nouvellement acquise du hérisson nous permet d’avoir regard plus positif, sur l'architecture des niveaux.

Un jeu qui hérisse.

Sonic Lost World - Nintendo Wii UAttention toutefois à ne pas vous méprendre. Si l’on peut consentir que Sonic relève la tête suite à son faux départ, il n’en devient pas pour autant le jeu ultra ambitieux vendu par les trailers promotionnels. Ses principaux écueils peinent à se corriger et à vrai dire, notre ressenti à froid une fois le jeu terminé reste toujours le même : Sonic Lost World traîne beaucoup trop de casseroles pour espérer vraiment convaincre.

L’utilisation des Wisps par exemple, est et restera une aberration tragique intégrée à la hache dans un gameplay déjà fragilisé par ses approximations. Dans le même esprit, impossible de parler des niveaux «bonus» du cirque sans grincer des dents tellement leur fonctionnement tient de la torture. De façon générale, oubliez tous mécanismes ayant trait au Gamepad et ses fonctionnalités tactiles: ce sont des échecs complets qui ne méritent pas que l'on s'y attarde et qui desservent le gameplay de façon édifiante. Enfin, n’espérez pas trouver, ne serait-ce qu’un seul indice quant aux modalités de fonctionnement du fameux «Ciblage» qui semble se déclencher selon son bon vouloir. On compose avec cette tare malgré soi, mais peu importe vos efforts ou votre niveau de jeu, vous allez dépenser un nombre incalculable de vies sans comprendre de quoi il en retourne.

D’un point de vue plus global, c’est vraiment cette sensation d’incohérence de l’ensemble qui fait le plus de mal à notre malheureux hérisson bleu. Les mondes et les mécaniques de jeux sont franchement de qualité inégale et, même si c’est un peu triste à dire, ce sont les niveaux ou Sonic est le plus privé de sa liberté de mouvement, ceux axés sur la vitesse pure et la glisse sur rail, qui s’en sortent le mieux. Le plus frustrant dans l’histoire c’est de voir que les développeurs sont pétris de bonnes intentions, mais peinent à délivrer une expérience de jeu maîtrisée. C’est simple, en dépit de la grosse campagne de communication dont le jeu a fait l’objet, on ressent franchement ce gout aigre et acide de production inachevée. Le soft est rempli de fausses bonnes idées qui, dans l’absolu, sont vraiment dommageables aux qualités réelles du titre. Paradoxalement, c’est la volonté de varier les situations qui lui fait le plus de mal. En effet, les développeurs ont fait le choix d’intégrer une pléthore de nouvelles mécaniques de jeu qui ne durent que l’espace d’un niveau. L’exercice est louable puisque c’est la formule qui a fait le succès d’un jeu comme Super Mario 3D Land cependant, lorsque l'on considère que dans Sonic Lost World, le fait de s’adapter à la moindre situation inédite nous demande un temps d’apprentissage relativement long, on se retrouve très vite à regretter de ne pas pouvoir profiter des nouveautés comme on le voudrait. C'est d'autant plus navrant que certains niveaux valent carrément le coup d’œil et c'est d'ailleurs un peu ce qui sauve Sonic de la débandade totale.

Dans un autre registre, l’aspect sonore est lui aussi victime de l’inconstance qui caractérise ce titre: sur le plan du doublage, rien à redire puisque les purs et durs pourront choisir les voix en japonais même si, aussi surprenant que ce soit, la Version Française s’en sort plutôt bien. Évidemment, les discours sur le «pouvoir de l’amitié» paraîtront moins niais dans une langue qui nous est plus ou moins inconnue, mais le travail des doubleurs français reste globalement plutôt convainquant et on apprécie chacune des petites scènes qui ponctuent l'aventure. Musicalement en revanche, c’est le drame : si quelques thèmes sortent du lot, on ne peut s’empêcher de pester contre le manque de cohérence de l’ensemble. Le joueur subit malgré lui un medley maladroit de styles musicaux pas toujours bienvenus, permettant à des thèmes médiocres de côtoyer (parfois) de bons arrangements. L’occasion de se demander une nouvelle fois pourquoi SEGA n’a jamais fait le choix de capitaliser sur l’excellente base musicale de la licence Sonic, comme Nintendo a su le faire avec Mario et surtout, pourquoi s’acharner à varier les styles musicaux dans la mesure ou licence Sonic reste depuis des années, orpheline d’une réelle identité sonore.

Un ado en crise identitaire

Sonic Lost World - Nintendo Wii UCar c’est bien au niveau de l’identité que la licence peine le plus à convaincre. Que ce soit sur l'aspect graphique, sonore, ou celui du gameplay, Sonic se cherche depuis trop longtemps et si l’on pouvait espérer un retour triomphant sur le devant de la scène compte tenu de la qualité des deux dernières productions, on peut aujourd’hui affirmer que Sonic s’est de nouveau « perdu » dans un monde qui n’est pas le sien. À vouloir choisir le compromis entre vitesse et maniabilité, les développeurs n’auront réussi qu'à proposer un gameplay hybride qui ne satisfait aucun des deux critères. Il est fort probable que l'absence d'exclusivité Wii U ait poussé ces derniers à travailler dans l'urgence et pour le coup, on se sent vraiment trahit par l’énorme campagne de communication dont le titre à fait l'objet. Une disproportion malvenue entre le concret et l'apparat qui a le don de franchement nous agacer.

On peut dire en conclusion que ce Sonic Lost World nous laisse sur un ressenti bien étrange: nous aurions sincèrement voulu apprécier ce petit moment passé ensemble avec la mascotte de notre enfance, mais en l’état, il n’est délibérément pas possible de sortir de sa session de jeu sans la tête pleine de regrets. Ce Sonic à beau avoir été agréable par moment, il n'en reste pas moins un exercice de style exécuté sans aucune maîtrise et on espère que le semi-échec qu'il représente, servira de support pour affiner les prochaines productions.

Jumonji le 27/10/2013

Evaluation du jeu

Graphismes15/20

Graphiquement, le jeu représente tout ce qu'on peut demander à un jeu Wii U : propre, fluide, et coloré, Sonic Lost World reste techniquement irréprochable tout au long de l'aventure et ce, même sur de grosses diagonales de téléviseur. Vraiment le point fort du jeu.

Son11/20

Si les doublages sont réussis on ne peut pas en dire autant de la qualité des musiques. Certains thèmes s'en sortent bien mais la plupart des arrangements sont des pastiches de compositions connues ce qui peut agacer les puristes. Mention spécial au thème principal de la carte, reprise médiocre du déjà médiocre "Boyfriend" d'Avril Lavigne". Ouch!

Durée de vie12/20

Comptez entre 7 et 10 heures pour finir l'aventure en ligne droite et plus du double pour finir le jeu à 100%. C'est un peu court, probablement car la plupart des rings bonus sont tout juste cachés.

Jouabilité11/20

Loin d'être aussi parfait que prévu, vous allez énormément mourir, la faute à cet incompréhensible système de ciblage, mais pas seulement: on sent d'ailleurs que le double saut et le système de "parcours" ne sont que des cache-misères destinés à compenser les imprécisions du personnage. Il existe ceci dit une vraie marge d'apprentissage qui pourra vous permettre (éventuellement) de calmer vos nerfs.

Scénario10/20

Un effort a été consenti pour proposer une petite cinématique très bienvenue entre chaque niveau. Alors oui c'est d'un niais absolu et le scénario reste dans le registre de l'ultra convenu mais en même temps, est ce qu'on a besoin de lire du K.Dick dans un jeu de plateforme?

Verdict

+ Techniquement irréprochable
+ Une vraie marge d'apprentissage
+ Les cinématique nulles mais
sympas
+ Quelques bonnes surprises

- Le système de ciblage bancal
- Le manque de cohérence
et de maîtrise globale
- Les musiques pas terribles
- Les combats contre les boss
ridicules
- L’intérêt des Wisps

Moyen

12/20

Indice Qualité Next NintendoPour le plaisir de ses membres et visiteurs, les articles de Next Nintendo sont soumis à une norme de qualité. Cette norme contient divers points clefs essentiels pour garantir un contenu de qualité, et qui permettront d'établir une relation de confiance entre nous.
En savoir plus

En images

Sonic Lost World - Nintendo Wii USonic Lost World - Nintendo Wii USonic Lost World - Nintendo Wii USonic Lost World - Nintendo Wii USonic Lost World - Nintendo Wii USonic Lost World - Nintendo Wii USonic Lost World - Nintendo Wii USonic Lost World - Nintendo Wii USonic Lost World - Nintendo Wii USonic Lost World - Nintendo Wii U