Test de Pokémon Version Platine sur Nintendo DS

Impossible pour Nintendo de lâcher le filon Pokémon avec près de 160 millions d’exemplaires vendus depuis 1996. Dernier épisode de la série sur DS, Pokémon version Platine reprend la trame des précédents épisodes (Diamant et Perle). Vous incarnez un jeune dresseur et votre mission consiste à collectionner les Pokémon de la contrée de Sinnoh. Alors, bijou finement taillé ou bien goutte qui fait déborder le vase ? Vous le saurez en découvrant notre test.

Caramélise les tous

Pokémon Version Platine - Nintendo DSVous êtes tout d’abord accueilli par le Professeur Corbier, fier d’appartenir à une tribu qui n’éprouve pas de pitié pour les croissants. Oups, il s’agit en fait du professeur Sorbier, qui en connait un rayon sur nos bêtes préférées (et qui préfère boycotter les croissants, merci pour eux). Votre meilleur ami, et accessoirement rival, voue une admiration sans borne pour le professeur Sorbier et sa science. Son plus cher désir est de le rencontrer ! L’aventure commence quand, armé de votre Pokémon, pokémontre, pokéball, pokédex et pokédéopourpiékipu, vous acceptez la quête du professeur Sorbier. Vous choisissez parmi 3 Pokémon : Tortipouss : plante, Tiplouf : eau et Ouisticram : feu. Il s'agit de mettre un terme aux agissements de la Team Galaxy, les super-vilains du jeu. Ils nourrissent leurs Pokémon avec du maïs OGM dans le but de les rendre à la fois plus méchants et plus idiots, et contrôler ainsi le monde entier. La team est surtout dangereuse pour sa fascination envers le plus puissant des Pokémon légendaires de Sinnoh, Giratina. Mais ne comptez pas battre les super-vilains sans vous mettre à leur niveau ! Il va falloir vous munir de moult pokéball et fouiller les hautes herbes de la région de Sinnoh afin de dénicher les premiers Pokémon sauvages. Vous pouvez transporter 6 Pokémon simultanément, et en stocker bien plus via les centres de soin Pokémon. Les premiers combats n'offrent pas de challenge particulier, mais il est nécessaire de battre la plupart des dresseurs placés sur votre route pour acquérir de l'Exp. Les villes renforcent l'aspect RPG, et il vous faudra dialoguer avec les habitants pour progresser efficacement dans l'aventure. Battez les champions de chaque ville et remportez leur badge pour débloquer de nouveaux lieux. Décrocher les 8 badges du jeu, disposer d'une équipe équilibrée contenant tous les types d'attaques (niveau +70 !) et vaincre les membres de la Ligue Pokémon vous prendront la bagatelle d'une cinquantaine d'heures.

Platine les tous

Pokémon Version Platine - Nintendo DSDifficile de voir une rupture graphique avec les deux autres versions précédentes, même si Nintendo a fournit des efforts de ci de là : le Monde Distorsion (en 3D) en bonus, ainsi que de nombreux éléments du décor retouchés pour ajouter de la variété. La finesse de ce qui constituent les décors (les arbres pour les forêts, les maisons pour les villes, etc.) vient compenser l'épuration un peu trop marquée de l'ensemble des paysages. L'exploration reste dans l'ensemble agréable, bien que les déplacements se révèlent quelque peu frustrants. On aurait par exemple souhaité se déplacer entièrement au stylet, mais c'est l'inverse qui se produit. On finit par n'utiliser que la croix directionnelle par souci de rapidité. Il est en effet pénible de reprendre le stylet en main à chaque combat aléatoire ! D'ailleurs on est un poil déçu par ce qui constitue le cœur du jeu, à savoir les combats. L'interface des menus est claire : il est simple comme bonjour de planifier ses attaques. Mais il est rageant de se faire sauter dessus à chaque centimètre par un dresseur ou un Pokemon sauvage. Non pas que les Pokémon soient laids, mais leur animation en 2D reste encore étonnamment rigide. On voit son Pokémon de dos, tandis que celui de l'adversaire est de face. Timidement immobiles dans leur coin, les Pokémon attaquent chacun leur tour jusqu'à épuisement de la barre de vie... On aurait voulu un brin de fluidité, un zeste de fantaisie et un poil de dynamisme dans l’action ! Cependant, n'en demandons pas trop non plus à la DS qui ne saurait faire oublier l'intensité des combats des OAV. Malgré tout, pour les nouveaux qui auraient échappés à la vague Pokémon sur DS, cette version Platine est de loin la meilleure : plus peaufinée, plus longue (près de 500 Pokémon !), regroupant Dialga et Palkia (les 2 Pokémon légendaires propres aux versions Diamant et Perle), et surtout disposant de fonctionnalités Wi-Fi inédites.

Wi-Fise les tous

Pokémon Version Platine - Nintendo DSLe Wi-Fi a retenu toute l'attention de Nintendo en incluant moult nouveautés au Global Trade Station, rebaptisée pour l'occasion Terminal Mondial. Les échanges de Pokémon sont confirmés par un message émanant de la Wii. Les combats en ligne offre un challenge inépuisable, même si l'on regrette l'archaïsme des "Codes Amis". Vos combats peuvent désormais être enregistrés et envoyés sur Internet via la fonctionnalité Magnéto VS. Cette dernière permet également de visionner les meilleurs combats au monde, classés selon un système de votes. 3 mini-défis du flambant neuf Square Wi-Fi sont accessibles depuis les sous-sols des Centres Pokémon. Bref, il y en a pour tous les goûts et cette diversité est la bienvenue.

Satanise les tous

Pokémon Version Platine - Nintendo DSChaque jeu Pokémon à droit a sa petite polémique. Nintendo se passerait bien de cette mauvaise publicité, car sa licence ne vise qu'à divertir un maximum de consommateurs, sans discrimination. Mais des intégristes de tous bords trouvent matière à critiquer : des protestants américains voient dans l’évolution des Pokémon la négation de la théorie de la création selon la bible. Les forces de la nature et les pouvoirs des Pokémon ne sont pas d’origine divine, donc ils seraient "logiquement" l’œuvre de Satan... Les versions japonaises du jeu utilisaient des svastikas, symboles de bonne fortune par la religion bouddhiste depuis des siècles. Mais comme ce fut également le symbole le plus connu du nazisme, des juifs ont eu le bon goût d'attaquer Nintendo… Des musulmans reprochent au jeu son prosélytisme pro-israélien par la présence sur les cartes Pokémon d’un symbole, une étoile à 6 branches rappelant l'étoile de David. Du coup, les Pokémon sont interdits au Yémen et en Arabie Saoudite... En résumé, si on écoutait tous les fous furieux de la terre, les Pokémon seraient à la fois sataniques, nazis et pro-sionistes ! Comme vous pouvez le constater, la haine gratuite et la bêtise ne connaissent pas de frontières. Le même genre de foutaises se répand à chaque apparition d'un phénomène de mode qui influence la jeunesse (les fondamentalistes chrétiens jugent Harry Potter, Le monde de Narnia et Twilight comme des oeuvres "sataniques" !). La dernière polémique en date est déjà plus sérieuse, elle concerne un mini-jeu de cet épisode Platine. Depuis les toutes premières versions des Pokémon, le Casino a toujours fait partie intégrante des distractions annexes proposées par les développeurs. Pour éviter que le PEGI (système de classification des jeux par âge) n'interdise version Platine au moins de 12 ans (en Europe), Nintendo a préféré censurer les fameuses machines à sous du Casino de Voilaroc, tandis que les versions japonaises et américaines du jeu y ont droit. Devant l’incompréhension des fans européens, Nintendo s’est fendu d’un communiqué la main sur le coeur : « Dans Pokémon version Platine, le joueur ne peut pas utiliser les machines à sous afin que le jeu reste conforme aux normes du système de classification PEGI concernant les jeux de hasard. Les joueurs peuvent toujours trouver des jetons à échanger contre des objets en observant les machines à sous ou en les achetant au comptoir ». Les Pokémon et les interprétations (morale, politique et légale) qu'ils suscitent n’ont en tous les cas pas fini de nous étonner !

Platon21 le 26/8/2009

Evaluation du jeu

Graphismes14/20

Valeur sûre de la série, Pokémon version Platine reprend tous les ingrédients stylistiques qui faisaient le charme des anciens épisodes. Mais en 2009, la réalisation commence à dater, surtout le manque de punch lors des combats.

Son15/20

Les thèmes musicaux sont globalement soignés, mais les bruitages rebutent quelque peu.

Durée de vie18/20

Colossal en solo, , Pokémon version Platine est tout simplement interminable avec les combats, échanges et autres "joyeusetés" Pokémon du mode Wi-Fi.

Jouabilité15/20

Un système de jeu qui a fait ses preuves. Reste que l'écran tactile est vraiment sous exploité : il est dommage de devoir se servir du stylet uniquement pour les combats et les mini-jeux.

Scénario11/20

La poignée de personnages inédits ne sauvent pas les meubles. L'histoire est vue et revue, mais qu'importe, l'intérêt du jeu n'est pas là...

Verdict

+ Le nombre incroyable
de Pokémon
+ La durée de vie solide
grâce aux bonus et la
connexion Wi-Fi

- 3ème version : jeu
réservé aux nouveaux
- La réalisation commence
à dater
- Ecran tactile sous exploité
- La censure

Très Bon

15/20

Indice Qualité Next NintendoPour le plaisir de ses membres et visiteurs, les articles de Next Nintendo sont soumis à une norme de qualité. Cette norme contient divers points clefs essentiels pour garantir un contenu de qualité, et qui permettront d'établir une relation de confiance entre nous.
En savoir plus

Pokémon Version Platine

En images

Pokémon Version Platine - Nintendo DSPokémon Version Platine - Nintendo DSPokémon Version Platine - Nintendo DSPokémon Version Platine - Nintendo DSPokémon Version Platine - Nintendo DSPokémon Version Platine - Nintendo DSPokémon Version Platine - Nintendo DSPokémon Version Platine - Nintendo DSPokémon Version Platine - Nintendo DSPokémon Version Platine - Nintendo DS