Test de Eyeshield 21 : Max Devil Power! sur Nintendo DS

Assez méconnu des lecteurs de shonen-mangas, Eyeshield 21 est objectivement le manga sportif le plus prometteur de ces dernières années. Reste a savoir si l’adaptation vidéoludique est à la hauteur...

Engagement !

Eyeshield 21 : Max Devil Power! - Nintendo DSLe manga retrace donc l'ascension de SENA, un jeune lycéen peureux et chétif, dans le monde du football américain. Son but ultime est d'atteindre la finale du Christmas Bawl avec ses camarades, et de la gagner. Le jeu n'ira pas si loin et se contentera de vous mener jusqu'au match contre les NASA ALIENS (avec plus ou moins de fidélité), ce qui est, au demeurant, assez décevant, mais légitime compte tenu de la date de sortie du titre.

C'est devenu une habitude sur DS, on part ici d'un contenu dit "classique", à savoir le foot US, pour arriver à un résultat des plus surprenants. Le déroulement des matchs penche plus vers l’animé interactif que la véritable simulation de football. Cela peut d’autant plus nous surprendre que la langue japonaise n’aide pas à la compréhension et l'assimilation des mécanismes. Pour résumer brièvement, vous devez choisir une tactique sur le tableau qui s'affiche avant chaque phases de jeu. Les choix ne sont pas légions : passe, kick, course et, manga oblige, attaques spéciales, seront vos armes de prédilection qui vous vous permettront de faire monter le score en votre faveur. Évidemment, vous disposez des mêmes outils pour la défense.

Vous devrez ainsi anticiper ou surprendre l'adversaire de façon à ce que vous ayez le plus de chances possibles d'avancer. A chaque décisions, une courte scène correspondant à une action contextuelle bien précise intervient : vous devrez alors gratter l'écran pour grignoter la jauge d'endurance de l'adversaire et le plaquer, ou bien viser précisément une pastille mobile pour attraper un ballon ou effectuer une esquive. Viser le centre de la cible vous permettra non seulement de récupérer la balle et de continuer votre course, mais aussi de remplir la jauge spéciale échelonnée sur 5 niveaux : il ne tiendra alors qu'à vous de déclencher un Devil Dats Dive (ou un sacque destructeur) sur le quater-back lors de la prochaine phase. Concrètement, vous ne dirigez pas vos personnages. Vous ne faites que choisir une action et son(ses) acteur(s), et participez à une succession de scènes interactives. Cela donne une grande accessibilité au titre et un certain cachet, à défaut de profondeur. La DS n’ayant de ce fait pas grand chose à calculer, elle nous gratifie d'une 3d en cell shading superbe, une qualité digne d'une PSP de première génération. On n’en n'attendait pas autant, surtout face à une adaptation de manga, qui sont habituellement bâclées. Ainsi, passé quelques dizaines de minutes d'assimilation du gameplay, on perd moins de balles, on commence à voir ses attaques enfin aboutir à une avancée significative, et ses choix tactiques récompensés d'un superbe touchdown. L'ensemble se révèle être très intuitif, ce qui peut être une qualité comme une tare, car rendre le jeu accessible fait perdre un bon nombre de subtilités propres à ce noble sport. Revers de la médaille, on en vient très vite à stopper tout les attaques adverses, à esquiver la totalité des joueurs jusqu'à ce que la jauge d'endurance se vide. Il va de soit que l'on reproduit de cette manière les prouesses propres à l'anime, mais le manque de challenge amène irrémédiablement à une certaine lassitude.

Passe incomplète

Eyeshield 21 : Max Devil Power! - Nintendo DSHeureusement, le mode histoire va venir apporter un peu de contenu à un soft qui en a grandement besoin : structuré comme un RPG, il vous permettra de vous balader dans l'enceinte du lycée Deimon comme bon vous semble, de discuter avec les différents protagonistes, et évidemment de suivre l’histoire de l’animé (on notera quelques choix scénaristiques très arbitraires). En fin de compte, ce mode est surtout un prétexte pour rallonger une durée de vie bien trop fébrile. Attendez vous à endurer une montagne de dialogues que vous ne comprendrez pas, à enchaîner des mini-jeux bien trop superficiels et rébarbatifs, et à parcourir des kilomètres de couloirs (les objectifs se situant en général à l'opposé de l'endroit où vous vous trouvez). Mais c'est un mal nécessaire qui vous permettra de débloquer, tenez vous bien, la seule équipe bonus du jeu (7 au total).
Alors au final, à qui destiner cet Eyeshield 21 ? S'il brille par une esthétique très convaincante pour le support et une ambiance sonore réussie, il aura certainement beaucoup de mal à emballer les fans de simulation pure : aucun changement de joueurs possible, les nombreuses subtilités tactiques propres à ce sport sont aux abonnées absentes, et enfin ce coté manga interactif sans trop de liberté... Mais ce n'est vraisemblablement pas ce publique là que les développeurs ont voulu aller chercher, car les fans du manga y trouveront bien leur compte. Eyeshield 21 demeure soigné, fidèle dans l'ensemble au manga, et son ambiance particulière (coté "jeu concept") si florissante sur DS permet d'apporter au gameplay un brin de fraîcheur et de légèreté, même si elle révèle vite ses limites. De ce fait, le multi-joueurs se veut très sympathique, et passé les quelques minutes d'adaptation à la langue, on est très vite pris dans l'ambiance, se surprenant parfois à narguer l'opposant dépité par nos choix ingénieux. Quel dommage que l’absence du mode multi avec une seule carte de jeu vienne plomber son intérêt. Vous avez bien lu, il vous faudra deux exemplaires du jeu pour espérer affronter vos amis.

Difficile de ne pas conseiller ce titre aux fans, malgré un contenu assez maigrelet. Si vous faites partie de ceux-là, alors n'hésitez pas, d'autant que même en import, vous devriez le trouver pour quelques miettes de pain. Les possesseurs de Wii préféreront (à raison) attendre de pouvoir jouer à la version déjà disponible au Japon sur leur console (malheureusement illisible par nos machines européennes), qui semble nettement plus complète.

Jumonji le 21/1/2009

Evaluation du jeu

Graphismes15/20

Une 3D en cell shading très convaincante proche des ténors du genre. Vraiment du bon boulot de ce côté la. C’est assez étonnant d’ailleurs pour un « jeu à licence ».

Son14/20

Rien de particulier à signaler de ce côté là : c’est plutôt agréable sans être transcendant. Les fans apprécieront d’entendre les répliques cultes des protagonistes.

Durée de vie11/20

Un contenu définitivement pauvre, une durée de vie rallongée artificiellement : le gros point noir du titre qui bride énormément sa note.

Jouabilité13/20

Un gameplay foncièrement novateur qui en surprendra plus d’un. Cela dit, la redondance des actions à effectuer nuit un peu au jeu. Une force comme une faiblesse….

Scénario13/20

Le scénario du manga est globalement respecté, même si certaines dérives sont à noter. Rien d'exceptionnel en tout cas puisque cela ne retrace que le tiers de la série (soit 8 tomes).

Verdict

+ Eyeshield
+ Les graphismes

- Assez creux au final

Bon

13/20

Indice Qualité Next NintendoPour le plaisir de ses membres et visiteurs, les articles de Next Nintendo sont soumis à une norme de qualité. Cette norme contient divers points clefs essentiels pour garantir un contenu de qualité, et qui permettront d'établir une relation de confiance entre nous.
En savoir plus

Eyeshield 21 : Max Devil...

En images

Eyeshield 21 : Max Devil Power! - Nintendo DSEyeshield 21 : Max Devil Power! - Nintendo DS