Dragon Quest IX, sous ce nom se cache l'une des plus grandes réussites de Square-Enix de ces derniers temps. Il aura fallut tout de même cinq longues années pour voir le jeu arriver, avec aux commandes le studio Level-5, déjà responsable de Dragon Quest VIII sur PS2. Dragon Quest IX : Les Sentinelles du Firmament marque le renouveau de la série, en proposant pour la première fois un mode multi, et en sortant en exclusivité sur une console portable.

Malgré les grosses réticences des fan de la première heure, qui ont poussé à privilégier le combat tour par tour par rapport aux combats en temps réel, le jeu se vendit à 2,3 millions d'exemplaires durant les deux premiers jours, et dépassa les 4 millions le 25 septembre, battant tous les records de vente des jeux DS et aussi de Dragon Quest VII en son temps. Des résultats impressionnants mais assez prévisibles en somme, puisque la série Dragon Quest plaît beaucoup au pays du Soleil levant. Mais saurait-il trouver son public en occident ?

Il était une fois aux pays des anges...

Dragon Quest IX : Les Sentinelles du Firmament - Nintendo DSDragon Quest IX ne s'appelle pas "Les Sentinelles du Firmament" pour rien. Vous commencez le jeu non pas sur le plancher des vaches, mais dans les airs, dans le royaumes des Celestelliens. Ces sortes d'anges gardiens veillent sur les humains, perchés sur leur "observatoire", leur but étant de recueillir leur bonheur pour faire vivre Yggdrasil, l'arbre légendaire dont les fruits sont censés leur ouvrir les portes du paradis. En tant que héros (ou héroine selon votre choix), vous serez amené à voir l'arbre de légende fleurir pour la première fois grâce à vos efforts... Mais cela ne réglera en rien vos affaires, et plutôt que de vous élever dans le royaume du Tout-Puissant, vous verrez vos ailes d'ange disparaître, et ce sera l'heure de la terrible chute...

La suite des évènements, elle est simple : vous devez à la fois retrouver tous les fruits de l'arbre (les figgs) tombés avec vous sur Terre, tout en aidant les gens que vous croiserez pour recueillir leur bonheur, et enfin réussir à revenir à l'observatoire. Le héros principal est donc vous, et uniquement vous. Les trois autres larrons qui viendront dans votre équipe n'auront aucun rapport avec le scénario.

Cette histoire parait assez niaise durant les premières heures de jeu. D'ailleurs cette intro n'en finit pas, avec ses dialogues assommants et ses "quêtes annexes" débiles mais auxquelles vous ne pourrez pas échapper. C'est franchement lourd d'être obligé de parler à tout le monde et de réaliser des tâches aussi dégradantes que ramasser du crottin de cheval pour un glandu que vous ne reverrez pas de toute l'histoire. Mais c'est comme ça, c'est la vie. Après les 5 premières heures, qui comprendront autant de dialogues interminables que de longues cessions d’entraînement pour obtenir un niveau potable, l'aventure prend son rythme de croisière. L'ambiance générale, pour ceux qui ne connaissent pas la série, rappelle vraiment les jeux de rôle papier. C'est à la fois très classique (un genre qui n'a pas vraiment évoluer depuis Donjons et Dragons) et assez original dans le monde des rpg japonais, qui plus est avec cet humour rappelant les heures de gloire de Akira Toriyama (le chara-design du jeu, et "accessoirement" créateur de la série Dragon Ball). On dénote quand même un ton assez enfantin tout au long de l'aventure, peut-être même plus que, par exemple, dans Dragon Quest : La Fiancée Celeste.

Le donjon du style

Dragon Quest IX : Les Sentinelles du Firmament - Nintendo DSDu point de vue du gameplay, Dragon Quest IX, reprend les bases du 8, tout en y ajoutant la possibilité de recruter de nouveaux compagnons, que l'on avait connu dans le 3. C'est donc un épisode qui s'inscrit totalement dans la série, sans vraiment en changer la mécanique bien huilée. Cela sous-entend aussi qu'il faudra passer un certains nombre d'heures à entraîner vos personnages. Il est en effet l'un des rares rpg actuel dans lequel le leveling est très important.

D'ailleurs votre niveau dépendra de votre classe. Il y en 12 en tout, donc 6 à débloquer grâce à des quêtes. Chaque fois que vous monter de niveaux, vos statistiques montent (logique), vous gagnez des sorts correspondant à votre classe, mais aussi des points de compétence à répartir dans différents arbres d'aptitudes. Passé un certain moment, vous pourrez changer de classe à tout moment, mais dans ce cas vous repasserez "niveau 1" dans cette classe. Il faudra alors repartir du début, sauf que vous garderez les aptitudes sur lesquelles vous aurez placé des points. Chaque classe est complémentaire l'une de l'autre, il n'y en pas une qui s'élève au-dessus des autres, ce qui vous permet de composer votre propre dream team.

Ce système de gameplay ressemble beaucoup aux jeux de rôle en ligne, il est donc très addictif, mais à cela s'ajoute le fait que vous pouvez voir toutes les pièces d'équipements que vos personnages portent (hormis les accessoires). Encore quelque chose que l'on retrouve dans les mmorpg, et qui rend ce Dragon Quest bien plus prenant que n’importe quel autre opus de la série. Jouer à la poupée avec ses personnages est vraiment l'un des principaux intérêts du jeu, tant la variété est au rendez-vous.

La grande nouveauté tient aussi de l'ajout d'un mode multi-joueurs. Malheureusement réservé au jeu en local, il permet de faire venir jusqu'à trois compagnons dans votre partie. Mais les contraintes sont les suivantes : vos invités ne pourront pas prendre les coffres rouges (ils se contenteront des bleus, qui offrent des objets basiques de façon aléatoire), et leur progression dans votre partie n'aura pas d'influence sur leur carnet de quêtes. En d'autres termes : chaque quête faites dans une partie autre que la votre ne sera pas comptée comme accomplie une fois de retour "chez vous". Néanmoins les invités peuvent se déplacer librement sur la map, et conservent xp et objets gagnés. Il est vraiment dommage de ne pas pouvoir jouer en ligne, mais pour le reste, c'est une bonne chose.

La touche artistique

Dragon Quest IX : Les Sentinelles du Firmament - Nintendo DSSi l'on s'intéresse à présent aux graphismes, on peut d'ors et déjà dire que les p'tits gars de Level-5 ont fait du bon boulot. Nous avons pour une fois droit à de la vraie 3D pour les personnages principaux, et les combats bénéficient à présent d'une mise en scène bien plus réaliste. On retrouve toujours la traditionnelle configuration "ligne des héros vs ligne des méchants", mais une fois les ordres donnés, chaque combattant se met à courir dans tous les sens, pour venir frapper l'ennemi visé. Malheureusement cette mise en scène gène un peu pour savoir qui frappe qui, lorsque vous êtes en face de deux monstres identiques.

On remarque aussi quelques points négatifs, comme par exemple le fait de ne pas pouvoir tourner la caméra à 360° hors combat. Plus grave encore, lorsque vous aurez plus de trois persos, le jeu commencera à saccader lors des balades en ville ou sur la plaine. Néanmoins cela s'oublie volontiers, il faut dire que ce petit désagrément en chasse un autre bien plus relou, présent dans les autres Dragon Quest mais absent de celui-ci : les combat aléatoires. Dans cet épisode, vous ne serez pas constamment harcelés par des monstres sortis de nulle part chacun d'entre eux apparaissant sur la map. Libre à vous ensuite de foncer dedans pour engager le combat, ou de les éviter soigneusement en faisant en sorte qu'ils ne vous courent pas après (et oui certains sont plutôt fourbes). Cela marque une grande évolution dans la série, qui améliore clairement le confort de jeu.

Il est seulement dommage que l'ost soit si faiblarde en comparaison. Les quelques thèmes présents ne manquent pas de goût, ils sont même très bons pour certains (notamment la musique des auberges), mais ils sont trop peu nombreux. Les thèmes de combat restent inchangés du début à la fin, tout comme ceux des villes, cela finit par lasser, d'autant plus que le rendu est médiocre par rapport à Dragon Quest VIII, sorti sur PS2. C'est l'inconvénient d'être sorti sur DS.

L'histoire sans fin

Dragon Quest IX : Les Sentinelles du Firmament - Nintendo DSDragon Quest IX est l'un de ces rares titres qui vous tiendront facilement durant 100, voire 200-300 heures de jeu. Il faut déjà entre 40 et 80 heures pour en finir le scénario principal. A cela s'ajoute de très nombreuses quêtes annexes, et la course aux matériaux rares et aux recettes (chaque bibliothèque du jeu peut en renfermer une), qui permettent de créer d'autres objets encore plus puissants, grâce à l'alchimie. Avec les bons ingrédients, vous ferez de vos persos de vrais tanks.

Pour ce qui est des quêtes annexes, elles s'avèrent plus que variées. Certaines ne vous apporteront pas grand chose, mais certaines sont véritablement indispensables. Ainsi certaines vous éclaireront un peu plus sur le scénario, d'autres vous permettront de recruter des personnages tirés d'autres épisode de la série, ou de nouvelles classes, etc.. Il n'y a pas de quoi s'inquiéter là-dessus. En plus des quêtes traditionnelles, il y a un collection impressionnantes de cartes au trésor, un peu à la manière d'un Zelda Wind Waker, qui vous emmèneront fouiller toute sorte de mini donjons à travers le monde.

Et comme si cela ne suffisait pas, en plus des 120 quêtes présentes dans le jeu, vous en recevrez chaque semaine de nouvelles par le biais d'une connexion Internet. Ce service est resté en place un an au Japon, pour un total de 184 quêtes supplémentaires, et pas des moindres puisque certaines redonnent des infos sur le scénario, ou vous amènent des costumes spéciaux. Vous comprenez peut-être pourquoi on parle d'une durée de vie de 300 heures environ. Les japonais ne s'y sont pas trompés en le faisant devenir l'épisode le plus vendu de la série, cet opus là est vraiment colossal, et dispose des boss cachés les plus puissants qu'on ait connu, en plus d'abriter des boss d'autres épisodes de Dragon Quest.

Yah le 5/8/2010

Evaluation du jeu

Graphismes17/20

Excellents, mais malheureusement un léger lag se fait sentir sur la map. On peut aussi déplorer un léger manque de clarté lorsqu'on se bat contre plein d'ennemis semblables à la fois, mais rien de méchant.

Son15/20

L'ost réalise ici le strict minimum. Heureusement que chaque thème est bigrement réalisé, parce qu'il y en a finalement assez peu.

Durée de vie20/20

Ce jeu n'en finit pas... Vraiment énormément de contenu, en plus d'une quête principale plutôt longue. Il faudra cependant avoir le courage d'entrainer ses persos durant de longues heures.

Jouabilité17/20

Nous sommes dans un rpg classique, voire un peu trop. Le gameplay conserve les archaïsmes de nombre de vieux rpg. Heureusement certains sort, comme la téléportation, compensent allégrement ces lourdeurs. Le système de classes est lui aussi une grande réussite.

Scénario15/20

L'histoire est assez légère, mais les personnages qui la composent sont attachants. Elle est néanmoins plus niaise que la moyenne, mais agréable à suivre.

Verdict

+ Un rpg à l'ancienne
+ Très grosse durée
de vie
+ Jouer à la poupée
avec ses persos

- Trop classique
- L'xp et l'or se
gagnent très
lentement...

Excellent

17/20

Indice Qualité Next NintendoPour le plaisir de ses membres et visiteurs, les articles de Next Nintendo sont soumis à une norme de qualité. Cette norme contient divers points clefs essentiels pour garantir un contenu de qualité, et qui permettront d'établir une relation de confiance entre nous.
En savoir plus

Dragon Quest IX : Les...

En images

Dragon Quest IX : Les Sentinelles du Firmament - Nintendo DSDragon Quest IX : Les Sentinelles du Firmament - Nintendo DSDragon Quest IX : Les Sentinelles du Firmament - Nintendo DSDragon Quest IX : Les Sentinelles du Firmament - Nintendo DSDragon Quest IX : Les Sentinelles du Firmament - Nintendo DSDragon Quest IX : Les Sentinelles du Firmament - Nintendo DSDragon Quest IX : Les Sentinelles du Firmament - Nintendo DSDragon Quest IX : Les Sentinelles du Firmament - Nintendo DSDragon Quest IX : Les Sentinelles du Firmament - Nintendo DSDragon Quest IX : Les Sentinelles du Firmament - Nintendo DS