Test de Castlevania : Portrait of Ruin sur Nintendo DS

Vous aimez les fouets, les chaînes et l'ambiance gothique ? Alors vous faire surement partie de ces fans de Castlevania. Voici le nouvel opus de la série qui débarque sur DS.
Voyons ensemble ce que cela peut bien donner...

Parole, parole parole...

Castlevania : Portrait of Ruin - Nintendo DSDeux personnages jouables en même temps : cette annonce sonnait à nos oreilles comme le renouvellement de cette série ô combien conservatrice. Un gameplay désormais novateur reposant sur des bases solides édifiées par ses aînés. Le dépaysement serait total, les frontières abolies, et le château du compte ne serait alors qu'une infime partie du panorama. On se voyait déjà fouettant de la momie dans les profondeurs d'un tombeau égyptien.

Voila tout ce que nous faisaient miroiter les vidéos et autres screens du jeu. Qu'en est t'il une fois la console en main ? C'est l'heure du constat.

Re-re-re-re-belote

Castlevania : Portrait of Ruin - Nintendo DSVous débutez donc l'aventure en 1944, sous les traits de Jonathan Morris, accompagné de la ravissante mais insipide Charlotte.

Dopés par les âmes des milliers d’innocents morts lors de la seconde guerre mondiale, un groupe de vampires (un homme et deux jumelles) semblent avoir élu domicile dans le châteaux de Dracula. Pire encore, ils chercheraient à acquérir la puissance de son défunt propriétaire.
Les bases sont posées, vous partez donc, fouet à la main, déloger les squatteurs qui, une fois n'est pas coutume, sont d'un charisme formidable. Sans trop en dévoiler, sachez que cet opus sera l'occasion d'en savoir un peu plus sur le mystérieux pouvoir qui habite le "vampire killer" (le fouet) et sur les Belmont. D’autres révélations propres à l’épisode viendront s’ajouter à l'histoire.

Comme toujours, les premières minutes de jeu donnent lieu à un parcours initiatique dont l'objectif final est l'entrée du château. Quelques dizaines de minutes passées à l'intérieur de la sombre demeure nous emmènent à un constat qui ne l'est pas moins :
Rien n’a changé, nous avons toujours affaire à un jeu d'exploration-action à la « Metroid », les zombies et autres abominations des précédents opus sont toujours là, et finalement la structure du jeu reste la même. Vous explorez, cassez du monstre, battez un boss, obtenez un nouvelle aptitude et ainsi de suite.

L'ajout d’un deuxième personnage peut paraître assez futile lorsqu'on considère qu'il ne vous sera utile qu'à de trop rares moments et que les "actions en duo" auraient très bien pu être réalisées par un seul des personnages. On se retrouve alors avec un compagnon d'aventure, dirigé en alternance par l'ordinateur ou vous même, qui vous épaulera lors de vos combats contre les titanesques chimères qui hantent les lieux. C'est d'autant plus faiblard qu'à chaque coup porté a votre partenaire, vous perdrez des points de magie, vous emmenant à continuer votre quête en solo, afin de les économiser, étant donné que l’I.A est d’une nature assez suicidaire. Ainsi, vous ne le ressortirez que pour les trop rares énigmes parsemées ça et là.
Un point décevant en somme. Mais l'aventure n'en est pas moins passionnante.

Arabian night ?

Castlevania : Portrait of Ruin - Nintendo DSBeaucoup d'entre vous ont sûrement été fascinés par cette vidéo qui montrait le héros combattant les momies dans un décor pharaonique (c'est le cas de le dire).
Effectivement, nouveauté de l'épisode, la demeure abrite quelques toiles à l'intérieur desquelles vous aurez le plaisir de faire un tour.
Là encore le constat reste assez mitigé : premier point positif, les toiles sont globalement assez grandes, occupant l'équivalent d'en cinquième voire d'un quart du château dans une toute petite salle. Cet ajout est donc loin d'être anecdotique. Seulement, on ne peux s'empêcher d'y trouver à redire : en effet si on exclu la toile égyptienne qui nous transporte totalement, les autres toiles sont assez communes.
On reste ainsi dans un cadre "européen", arpentant les forêts maudites et autres villes dévastées. Pire encore, certaines toiles comme le cirque « apocalyptique » parviendraient presque à nous donner la nausée. Finalement, on aboutit à un résultat plutôt banal, et c'est d'autant plus dommage que les possibilités offertes par ce concept paraissaient bien plus importantes. On a réellement le sentiment que les développeurs manquaient de temps ou ont choisi de bâcler certains aspects du jeu.

Point de nouveauté aussi pour les thèmes musicaux. Les musiques participant énormément au cachet de la série, un changement de cap aurait sûrement été très mal vu de la part des joueurs. On retrouve ainsi ces airs envoûtants et entraînants à la sauce médievalo-gothique qui ont bercés notre jeunesse. Le titre conserve également la même patte graphique que les opus précédents sur console portable, allant jusqu'à ajouter un peu de 3D, là encore à de trop rares occasions, et de surcroît aux mauvais endroits...

Pour finir, il parait essentiel de passer par la case durée de vie, véritable bête noire de la série. Cette fois ci, les développeurs ont eu la bonne idée d'inclure des quêtes annexes à la quête principale. Un plus appréciable, même si on est loin d'un Oblivion de ce coté la.
Finir le jeu à 100% devient un peu plus compliqué, d'autant qu'il faudra compter sur une surface explorable beaucoup plus vaste qu'auparavant (l'ajout des toiles y étant pour beaucoup...).

Conclusion

Castlevania : Portrait of Ruin - Nintendo DSNotre ressentiment une fois la DS posée et le jeu évidemment fini, est assez étrange : le titre fait honneur à la série, et vous prendrez à coup sûr énormément de plaisir à arpenter les couloirs de l'immense bâtisse. Portrait Of Ruin est probablement l’épisode le plus porté « action » de tous, ce qui est clairement une évolution positive, mais on ne peut s'empêcher d'être déçu par le manque de nouveautés concrètes. En effet il serait temps que la série adopte un renouveau : on parle ici par exemple d'un bond en avant clairement significatif avec un changement du moteur graphique, ou un dépaysement vraiment total (à l'instar de la toile égyptienne), qui divisera certainement les joueurs mais apportera de la fraîcheur à cette série aussi immortelle et conservatrice que ses protagonistes.

C'est un choix que Konami devra prendre tôt ou tard, car même les pierres du château de Dracula finissent par s'éroder avec le temps.

Jumonji le 2/1/2009

Evaluation du jeu

Graphismes14/20

La même patte graphique que les versions précédente, quelques rares effets 3D en plus... A quand une évolution ? L'ambiance reste cela dit très travaillée.

Son17/20

Là encore, rien de nouveau, mais tout ce qui a de plus immersif. De l'excellent boulot comme on pouvait s’y attendre de Konami.

Durée de vie15/20

Beaucoup plus longue qu'avant du fait des quêtes annexes et des mondes supplémentaires. Vous y resterez cette fois-ci une bonne grosse dizaine d'heures.

Jouabilité15/20

Aucun problème de ce coté là, c'est tout ce qui a de plus classique. On s'embrouille un peu les pinceaux en switchant les personnage au début, mais on prend vite l'habitude.

Scénario15/20

Le background est un peu plus poussé que d'habitude, et les jumelles sont d'un charisme indéniable. Dans l'ensemble, le scénario est plus complet que ceux des opus précédents, mais rien de transcendant cela dit.

Verdict

+ La sauce Castlevania
+ Les différents tableaux
+ L'aventure passionnante
+ Un brin de 3D

- Toujours aussi
classique
- Trop peu de nouveautés

Très Bon

16/20

Indice Qualité Next NintendoPour le plaisir de ses membres et visiteurs, les articles de Next Nintendo sont soumis à une norme de qualité. Cette norme contient divers points clefs essentiels pour garantir un contenu de qualité, et qui permettront d'établir une relation de confiance entre nous.
En savoir plus

Castlevania : Portrait of Ruin

Niveau d'attenteAucun voteAucun voteVoterPlus d'infos

En images

Castlevania : Portrait of Ruin - Nintendo DSCastlevania : Portrait of Ruin - Nintendo DSCastlevania : Portrait of Ruin - Nintendo DSCastlevania : Portrait of Ruin - Nintendo DS